Impôt moral

Réagissant à  un récent article sur la chute des ventes d’alcool ces derniers mois et sur la baisse des recettes fiscales qui en a résulté.

Réagissant à un récent article sur la chute des ventes d’alcool ces derniers mois et sur la baisse des recettes fiscales qui en a résulté, l’un des ministres du parti au pouvoir a tenu à préciser que l’objectif de l’Exécutif à travers le relèvement des taxes sur l’alcool était moins de renflouer les caisses de l’Etat que de moraliser la vie publique en rendant ce produit moins accessible. Pour lui, la baisse des ventes traduit donc le succès de la politique menée par les pouvoirs publics. Ce raisonnement se tient…en théorie. La réalité est tout autre, et notre haut responsable le sait bien, malgré sa tentative d’instrumentaliser la baisse des ventes d’alcool à des fins politiques. Peut-on croire «naïvement» que les Marocains ont d’un coup réduit leur consommation d’alcool de 20% ? Une bonne partie d’entre eux s’est tout simplement orientée vers la contrebande et la fabrication artisanale après les hausses successives des prix des produits vendus légalement. Ça, tout le monde le sait ou peut le déduire intuitivement. Finalement, l’Etat est doublement perdant dans l’affaire, les distributeurs structurés et les consommateurs aussi. Trop d’impôt tue l’impôt, la moralisation des citoyens, c’est à travers d’autres mesures qu’on peut la faire!