Ebola market

Est-ce la peur du virus qui fait que l’humour noir prospère ? Ce n’est pas pour aborder la fameuse demande marocaine de reporter l’organisation de la CAN dans notre pays. Ni d’essayer de savoir qui a tort et qui a raison. Nous sommes à plus de 4 500 morts, d’après le bilan de l’Organisation mondiale de la santé… Un chiffre qui donne des frissons. Mais, apparemment, il donne aussi des idées et des opportunités. Au moment où des scientifiques se démènent un peu partout dans le monde pour trouver de quoi contrer cette propagation mortelle du virus, certains sites de vente en ligne comme Amazon ou eBay, rapporte la revue «Paris Match», proposent des masques et des tenues de protection. On peut ainsi se payer un kit pour toute la famille, avec des tenues, masques, toilettes, tente …, letout à moins de 200 dollars. D’un côté, c’est la course aux vaccins, de l’autre c’est l’appât du gain. Chez nous, la théorie du complot trouve toujours preneur et ainsi, il se trouve que ce virus, dont l’apparition date pourtant de 1976, ne serait qu’un produit des expériences de certains laboratoires multinationaux qui visaient à modifier Ebola pour le rendre «plus mortel» ! Qui dit mieux pour atteindre ce degré de lâcheté et d’irresponsabilité? Et des lâches, il en existe aussi de l’autre côté de l’Atlantique. Un célèbre «complotiste» aux USA, du nom d’Alex Jones, accuse carrément le gouvernement américain d’importer Ebola pour «susciter la terreur et l’effroi, et afin d’imposer une tyrannie médicale encore plus forte» ! Martin Luther King avait raison : Rien n’est plus dangereux au monde que la véritable ignorance et la stupidité consciencieuse.