Du droit des handicapés

De passage dans un bà¢timent public, j’ai croisé une dame d’un certain à¢ge qui poussait difficilement un fauteuil roulant sur lequel était installée sa fille lourdement handicapée.

Heureusement que les locaux étaient dotés d’une rampe d’accès, sans quoi il lui aurait été difficile d’y entrer sans l’aide d’au moins deux autres personnes. Cette scène poignante nous fait penser à tous ces handicapés, moteurs ou autres, dont les déplacements sont un calvaire, pour eux et ceux qui les assistent. Si la prise de conscience du problème de ces populations s’est plus ou moins bien propagée, force est de constater qu’il y a encore beaucoup à faire pour faciliter leur mobilité. En effet, la plupart des immeubles, même les plus récents, qu’ils soient d’habitation ou à usage professionnel, ne sont dotés d’aucun équipement adapté à ces personnes. Que dire des trottoirs remodelés en fonction des caprices ou du fait du manque de civisme des riverains ? La Constitution garantit bien leurs droits et une loi régit l’accessibilité des bâtiments. Le Maroc a également ratifié la Convention internationale des droits des personnes handicapées. Ceux qui sont impliqués dans l’acte de bâtir ou l’homologation des moyens de transport n’ignorent rien de tous ces textes. Il est donc temps qu’ils agissent.