Du calme, citoyens

L’expertise, c’est l’art de se tromper dans les règles…

« L’expertise, c’est l’art de se tromper dans les règles », s’amusait à répéter le poète français Paul Valéry. Les dernières consultations électorales sont venues conforter la pertinence de cette saillie. A la veille du scrutin, les politologues prophétisaient un raz-de-marée péjidiste, car, échaudé par les partis traditionnels, le peuple marocain s’enflammerait pour la formation de Abdelilah Benkirane. Tout bien considéré, si les oracles ne se sont pas fourvoyés en donnant la lampe gagnante, mais ils ont vu moins clair en prédisant son triomphe. Il serait malvenu pour le PJD de crier triomphe au motif qu’il a remporté 27% des sièges. Un score honorable sans plus, qui devient franchement modeste, pour peu que l’on prenne en compte le taux d’abstention (54,6%) puis du nombre non négligeable de votes – sanctions. Mais, alors même que le PJD ne s’est pas encore installé dans son fauteuil, les rumeurs, émanant de ses détracteurs, se mettent à ricocher à l’infini. Plus folles les unes que les autres, toutes exagérément alarmistes. Certains poussent leur humeur pessimiste jusqu’à annoncer la transformation prochaine de leur cher pays en une espèce de Kaboul couleur locale. Cela revient à prendre les ténors du PJD pour des analphabètes politiques, ce qu’ils ne sont pas, loin s’en faut. Ils ne renonceront pas à leurs principes, mais ils se soucieront des incidences pratiques de leur application. Du calme donc !