Drame-way

Les usagers de la chaussée sont obligés de modifier sensiblement leurs habitudes et d’adopter de nouvelles règles de circulation.

Ce n’est pas pour dramatiser mais plusieurs victimes d’accidents, parfois mortels, sont malheureusement à déplorer. Depuis la mise en service du tramway à Casablanca, les usagers de la chaussée sont obligés de modifier sensiblement leurs habitudes et d’adopter de nouvelles règles de circulation. En fait, même chez les Européens, qu’on se tue à vouloir imiter, le tramway fait des victimes.

Cependant, il y a l’autre revers de la médaille. L’amertume et le dégoût engendrés par des comportements de certains conducteurs et autres usagers de la voie publique. Il faut avoir vu ce taxi qui joue au chat et à la souris avec le tramway en pleine marche, essayant de le devancer ou de traverser avant son passage…pour ne pas perdre de temps; le gars BCBG au volant de sa grosse cylindrée, qui parle au téléphone tout en roulant sur la voie réservée au tramway… Si vous patientez pendant un quart d’heure, histoire de voir, vous allez remarquer que personne ne respecte le panneau d’interdiction de tourner à gauche.

Camions, bus et voitures mettent le clignotant et tournent dans la direction interdite, ce qui crée de gros bouchons. Exemples réels : l’angle rue Karachi  et bd MohammedV, l’angle Anoual et bd Abdelmoumen etc. On fait fi des feux tout allumés et des «ding-ding» de la clarine qui annonce l’arrivée du tram. Une campagne de sensibilisation… permanente s’impose mais parallèlement il faut songer à traîner en justice tout usager imprudent pour avoir franchi la voie au moment même où les signaux étaient opérationnels, risquant sa propre vie.