Des monstres dans la ville

Les habitants de Casablanca doivent, sans doute, être exaspérés par le spectacle que leur ville donne à voir au quotidien : un tramway flambant neuf sillonnant les artères de la métropole, des boutiques de luxe s’ouvrant ici et là, des immeubles à l’assaut du ciel poussant comme des champignons, et, par endroits, des équidés chargés de bric et de broc et lâchant leurs crottes sur la chaussée ! Mais, tout bien pesé, ces mammifères quadrupèdes sont bien plus inoffensifs que ces «monstres» en ferrailles qui, jusque dans des ruelles étroites, viennent troubler la quiétude des habitants par des chargements et des déchargements à n’en plus finir, obstruer la circulation et, plus grave, causer parfois des accidents mortels. Il faut quand même le dire : Casablanca doit bien être la seule grande ville au monde où des camions porte- conteneurs se promènent allègrement, faisant peser sur les autres usagers de la route des menaces certaines. Combien de fois un chargement s’est renversé sur une voiture, la réduisant à une tôle plate, combien de vies ont été fauchées et jusqu’à quand cette situation va durer ! Pourtant, la solution ne tient ni à des milliards qu’il faut trouver, ni à des compétences à mobiliser. Il suffit juste d’un peu de volonté formalisée dans un texte qui dira STOP.