Bonds et rebonds

Le KACM dont on souhaitait, pour des raisons sentimentales, le maintien au paradis, est descendu en enfer.

Les hommes proposent, le ballon rond dispose. Il se plaît à se jouer des certitudes, faire taire les rumeurs les plus têtues, déjouer les prédictions probantes. Telle est la leçon du dénouement de la saison footballistique 2010-2011. Le WAC qui aspirait légitimement à une place au soleil africain a dû perdre ses illusions à l’ultime étape ; le MAS, manifestement épuisé, a trouvé, quand même, la force de s’installer sur le siège de dauphin ; Safi qui a figuré durant tout le championnat parmi le peloton de tête n’a eu  même pas droit à un strapontin ; le KACM dont on souhaitait, pour des raisons sentimentales, le maintien au paradis, est descendu en enfer, pendant que le Wydad de Fès, annoncé comme relégable, a sauvé crânement sa peau. Comme quoi souvent ballon varie, bien fou qui s’y fie. Pourtant, quelques actes avant ce capricieux épilogue, il semblait que la messe était dite.?On murmurait, à titre d’exemple, que le KACM n’avait pas de souci à se faire, tant sa présence parmi l’élite, la saison prochaine, aurait été «décidée». Et l’on s’est mis à faire courir le bruit selon lequel la rencontre entre le KACM et le Raja serait arrangée. Le futur champion trembla devant le moribond Marrakech, et l’on crut que la rumeur était fondée, d’autant que la journée suivante le KACM obtint un nul face au FUS. Mais voilà, le MAS, en arrachant la victoire, anéantit les espoirs marrakchis, et du même coup les faux bruits. Cruel rebond du ballon rond.