Vingt questions pour évaluer son charisme

Vous êtes persuadé de n’avoir aucun charisme ? Faites ce test, vous serez peut-être surpris.

Questions (cochez la bonne réponse)

1- Quand vous promettez quelque chose…
A- Vous espérez pouvoir le faire, mais cela dépend
B- Généralement vous le faites

2- Quand vous avez une idée, un projet…
A- Vous en parlez aux autres, vous partagez
B- Vous travaillez dans votre coin

3- Défendre une cause difficile…
A- C’est un défi que vous affectionnez, surtout quand il est risqué
B- Vous vous méfiez d’abord, mieux vaut être précautionneux

4- Aller jusqu’au bout de ses idées…
A- Pourquoi pas, mais cela peut être dangereux
B- C’est un principe pour vous, vous fonctionnez comme cela

5- Pour réussir un projet il faut avant tout que…
A- Vous le ressentiez, que vous y croyiez instinctivement
B- Vous le disséquiez pour bien le maîtriser

6- Quand vous mettez en œuvre un projet…
A- Vous prenez soin de le contrôler, de le voir évoluer
B- Une fois la mise en œuvre réalisée, vous passez à autre chose

7- Parler en public…
A- C’est un calvaire pour vous, vous détestez
B- L’exercice ne vous dérange pas, parfois il vous amuse même

8- En savoir toujours plus…
A- C’est usant à la longue, on ne peut pas tout connaître
B- Vous adorez, la curiosité est l’un de vos moteurs

9- Un grand et vaste projet collectif…
A- Cela vous effraie, il y a trop d’incertitudes
B- C’est ce que vous préférez, c’est un plaisir d’avancer ensemble

10- Préférez-vous construire quelque chose…
A- En groupe, le travail en solitaire ce n’est pas votre truc
B- En solo, c’est là que vous travaillez le mieux

11- Quel est le comportement qui vous caractérise le plus ?
A- Avancer étape par étape, il faut consolider avant de construire
B- Aller de l’avant, c’est en restant dynamique que l’on progresse

12- L’idée de l’inconnu vous…
A- Excite, l’imprévu a du charme à vos yeux
B- Inquiète, vous aimez contrôler et prévoir

13- Pour stimuler les autres, vous préférez…
A- Jouer la carte de la générosité
B- Jouer la carte de la rigueur en étant directif (ve)

14- Face à une situation complexe et difficile à résoudre…
A- Vous abandonnez la partie et passez à autre chose
B- Vous vous accrochez en vous montrant tenace et persévérant(e)

15- Quand une situation est réellement délicate…
A- Vous tentez de renverser d’un bloc la situation à votre avantage
B- Vous gérez les problèmes un à un, en espérant que l’issue sera favorable

16- Face à la vie, vous diriez que vous faites preuve…
A- D’enthousiasme, autant ne retenir que le meilleur
B- D’un certain fatalisme, tout n’est pas toujours rose

17- Face aux autres, vous êtes d’emblée…
A- Ouvert(e), vous adorez le contact, allez au devant des personnes
B- Dans la retenue, vous apprenez à connaître avec le temps

18- Le contrôle des émotions…
A- Vous avez du mal, vos comportements vous trahissent souvent
B- Vous y arrivez, vous pouvez même en jouer dans certaines situations

19- Généralement, pour tout ce que vous faites…
A- Vous gardez vos distances et la tête froide
B- Vous vous passionnez facilement

20- Réussir quelque chose de grand dans la vie…
A- C’est votre rêve, votre objectif caché
B- Vous n’avez pas cette ambition, la discrétion vous convient bien

Charisme ? Une question d’estime de soi

«Le charisme est utile au travail mais pas indispensable. Parmi ses aspects intéressants, on constate qu’il facilite le contact avec l’entourage professionnel, aide à gagner la confiance, à consolider une équipe, à faire adhérer à un projet, une culture d’entreprise… Mais le charisme a aussi ses limites. Un manager, insuffisamment averti et charismatique, peut, sans s’en rendre compte, intimider ses collaborateurs, freiner leur sens de la critique et donc leur créativité ; se positionner en père et non dans une relation d’adulte à adulte.
Le charisme n’est pas une qualité innée. Il se développe dès le plus jeune âge, dans un milieu familial respectueux de l’enfant et de l’individu, en général. Le charisme est une quête qui se développe tout au long de la vie. Il a besoin de s’accompagner de valeurs humaines solides : le respect de soi et des autres ; la capacité à admettre la critique et la remise en question permanente ; la solidité psychique qui permet d’admettre ses manques et ses erreurs pour un échange avec l’entourage.

Pour beaucoup, chercher à influencer les autres et conseiller sont des attitudes plus faciles à adopter que d’écouter pour comprendre.
Le charisme est davantage lié à la personnalité qu’à la fonction. J’ai collaboré avec des salariés qui n’avaient aucun titre de pouvoir mais qui arrivaient à gagner la reconnaissance de leur entourage (aisance en communication, tenue vestimentaire, reconnaissance personnelle de leur activité et de leur utilité, etc.)… Le charisme est d’ailleurs souvent lié à l’image qu’on a de soi-même et qu’on renvoie aux autres. Il est avant tout une question d’estime de soi».

ghita mseffer Psychologue d’entreprise, membre associé du Centre international de psychologie du travail