Résumer sa vie professionnelle en une ou deux pages

Un CV permet uniquement de décrire un parcours professionnel.
Présentation mal soignée et fautes d’orthographe donnent une mauvaise idée du candidat.

Le principal objectif d’un CV, que doit compléter la lettre de motivation, est de décrocher un rendez-vous pour un entretien avec le recruteur. Il s’agit en somme d’un document de vente. L’expression peut choquer mais c’est ainsi…
Quant au recruteur, il utilisera le CV pour avoir une première impression du candidat. Il l’utilisera également comme base de l’entretien de recrutement. Alors, à moins que le candidat ne fasse partie de la catégorie «compétences rarissimes», mieux vaut prendre quelques précautions en rédigeant votre CV.
Inutile de vouloir tout dire dans un CV. Le CV est censé décrire brièvement un parcours professionnel. Le candidat aura toute la durée de l’entretien pour exposer les contenus détaillés de certaines missions, les détails de certaines activités, les compétences acquises lors de son parcours professionnel… Un CV doit être intéressant sans être surchargé de détails.

Commencez par votre nom et prénom en haut et à gauche du CV.
Saisissez, en dessous, votre adresse permanente en caractères plus petits.
Mentionnez votre âge.
Précisez aussi votre situation familiale et si vous avez des enfants (ex. : 42 ans – Marié, 3 enfants).
Listez les numéros de téléphone où vous êtes facilement joignable (GSM de préférence et domicile personnel).

Dans un CV, commencez par les années de début et de fin de chaque expérience. Là encore, commencez par l’expérience actuelle, ou la plus récente.
Précisez l’entreprise.
Citez la fonction ou poste que vous avez occupé.
Listez vos principales missions et réalisations, projets accomplis ou auxquels vous avez participé.

Dans un CV, commencez toujours par l’information la plus récente et remontez à la plus ancienne.
Mentionnez l’année d’obtention de vos diplômes.
Précisez le nom de l’établissement de formation.
De même pour la spécialité ou l’option (exemple à éviter : LEA !!).
Mentionnez le diplôme ou certificat obtenu.

Informatique : listez vos connaissances ou compétences informatiques en termes de logiciels, systèmes d’exploitation, bases de données . Précisez votre niveau de maîtrise et abstenez-vous de citer ceux que vous n’utilisez pas.
Langues : citez les langues que vous pratiquez réellement et précisez le niveau de maîtrise en termes de : notions de base, moyen, bon ou excellent.

Inutile de mentionner «Curriculum vitae» en haut de page. On le sait, ce n’est pas d’une lettre à grand-mère qu’il s’agit. Si vous vous obstinez absolument à l’écrire, rappelons que «vitae» n’est pas «vitea».
Se sentir obligé d’être excellemment polyglotte. L’automatisme qui consiste à s’auto-attribuer des «excellent», «courant»… en langues étrangères, ou pas, est parfois le meilleur moyen de se retrouver dans des situations délicates. Faites attention à ne pas mentionner les langues dont vous ne connaissez que quelques mots car elles pourront faire aussi l’objet de test. Le candidat pourrait avoir à prouver, lors de l’entretien, son niveau de maîtrise de la langue en question. Pour peu qu’il se retrouve face à un recruteur ayant fait des séjours linguistiques depuis toujours dans le pied-à-terre new-yorkais de papa, le «bon» se transformera en «moyen», voire «trop moyen».
Toujours à propos de langues, une autre expression courante : «lu, écrit et parlé». Le candidat peut effectivement lire, écrire et parler… mal une langue. On l’aura compris : expression bateau qui ne communique aucune information sur le niveau de maîtrise de la langue.
Photo : rien ne vaut une bonne classique photo d’identité. Il est vivement déconseillé de faire dans les photos du style fête de mariage.