BIOCKAGING : «Nous donnons une seconde chance aux résidus agricoles»

Kawter Amoukal

• Votre projet en quelques mots :
Le projet est une CleanTech dont la mission consiste à convertir les résidus agricoles en emballages alimentaires naturellement biodégradables et durables. Cette alternative abordable et évolutive au plastique à usage unique constitue une matière première durable qui ne nécessite aucun additif chimique, et convient à une production à grande échelle et peut concurrencer le carton et le plastique en termes de prix et de qualité.

•En quoi votre produit est-il innovant ?
L’innovation de notre produit réside dans sa composition naturellement biodégradable, compostable et sans danger pour les aliments. Les fibres naturelles développées par BIOCKAGING offrent des caractéristiques polyvalentes, adaptables à une large gamme de solutions. Ils sont durables et sans odeur, produits à partir de résidus agricoles. L’aspect innovant s’incarne aussi au niveau de notre activité, favorisant l’économie circulaire et verte.
Fabriqué 100% à partir de déchets, nos emballages vivent un processus de fabrication dix fois plus rapide que celui des emballages plastiques, et cela, sans émission à effet de gaz CO2.

• Comment votre aventure a-t-elle commencé ?
Écologie et économie, vision et mise en œuvre, global et local, taille et impact, ces mots m’ont toujours accompagnée dans ma recherche constante pour rendre le monde plus durable grâce à des matériaux et des solutions naturelles. Cette recherche a donné naissance à l’idée de ma start-up pour réduire l’impact néfaste des emballages alimentaires en plastique qui finit à s’infiltrer dans nos corps, par ingestion, inhalation ou contact direct. Les effets sur la santé peuvent être divers : impacts sur le système immunitaire et le système respiratoire, perturbations endocriniennes, baisse de la fertilité, hausse des risques de cancers…

• Votre dernier coup de gueule ?
Le plus grand challenge que nous rencontrons aujourd’hui est comment traiter une large gamme de résidus agricoles, afin d’adapter la formulation aux différentes plantes disponibles selon les régions locales. Cette flexibilité des matières premières que l’on cherche en permanence garantit notre capacité à nous approvisionner en matières premières locales, indépendamment de la région ou de la saison des récoltes pour garantir en outre un approvisionnement durable.

• Votre dernier coup de cœur ?
Le point coup de cœur c’était le fait de voir le nom et le logo de ma start-up figurer parmi les six nouveaux lauréats de Kluster CFCIM qui vont bénéficier de l’accompagnement des experts dans cette aventure entrepreneuriale. Aujourd’hui, ce qui nous motive plus c’est que nous nous considérons comme faisant partie d’un effort mondial visant à restaurer une planète saine et prospère pour nos enfants et toutes les générations à venir.