Mon remplaçant pendant mes vacances n’a rien fait !

Nous sommes une équipe et nous délivrons un service à nos clients internes quasiment en continu. Et en même temps nous travaillons sur des projets structurants. J’ai pris (enfin) mon congé et normalement mon remplaçant pendant cette période devait avancer sur certains sujets mais je me rends compte qu’il n’a rien fait. Je trouve cela anormal (apparemment pas lui) mais je ne sais pas trop comment le lui dire, car je veux aussi préserver nos relations entre collègues.
Que me conseillez-vous ?
D.I.- Casablanca

 

Affronter une situation – potentiellement – conflictuelle est un exercice complexe. D’un côté nous n’avons pas l’envie ou la compétence pour le faire, mais de l’autre nous sentons que nous ne pourrons pas passer à autre chose si nous ne faisons rien.

Déjà vous avez envie de le lui dire et ça c’est bien !
Vous avez une réaction qui est non seulement mature mais aussi SAINE, car au lieu (comme beaucoup) de taire cet évènement et de «ruminer» en silence vous souhaitez en parler : bravo !
On parle beaucoup de communication dans les entreprises, mais bien souvent (et malheureusement) si on sait très bien communiquer, on ne dit pas TOUT, et surtout on ne dit pas le plus IMPORTANT. Ceci génère des conflits larvés qui finissent toujours un jour ou l’autre par apparaître dans une dimension bien plus importante qu’ils ne l’auraient été à l’origine s’ils avaient été simplement TRAITÉS à TEMPS. Aussi, vous avez la bonne démarche, maintenant il va vous falloir passer à l’étape suivante !
Il y a deux possibilités pour expliquer son comportement : soit il est de bonne foi, il ne pense pas que cela soit un problème et il ne VOIT pas sincèrement OÙ est le problème. Soit, il sait parfaitement qu’il a mal agi mais compte sur votre «politesse» et votre appréhension d’aller au conflit pour que tout cela passe sans «bruit».

Cherchez des solutions ensemble
Et vous comprendrez bien que, selon le cas, vous devrez réagir et aborder la discussion différemment. Si votre collègue est de bonne foi, il vous suffira de lui parler des jalons du projet, des conséquences du retard engendré par son inaction pendant vos vacances et du «deal» que vous aviez pour que les choses se règlent «facilement» entre vous.
Mais si vous êtes dans le second cas, alors vous devrez choisir votre bataille: voulez-vous absolument démontrer que vous avez raison (et épuiser votre capital énergie gagné pendant vos vacances ?) et qu’il a tort, ou voulez-vous simplement trouver une solution pour rattraper le retard ?
Une erreur par légèreté ou oubli est bien différente d’une erreur consciente et organisée. Mais une fois qu’elle est là, il faut bien chercher à remédier au problème. Et le mieux, pour vous mais aussi pour l’esprit d’équipe qui doit régner dans votre environnement de travail, sera de chercher une solution et de la mettre en place avec cette personne. Sans revenir sur l’incident (surtout si votre collègue a pris conscience de son erreur), et en étant tourné vers les actions correctives à mettre en place ENSEMBLE ! Mais attention, il ne s’agira pas de vous transformer en sauveur de la situation : votre collègue devra faire sa part de travail, vous êtes une personne compréhensive mais vous n’êtes pas pour autant le bon samaritain du bureau, n’est-ce pas ?
Et comme le disait si justement Eleanor Roosevelt, «apprenez des erreurs des autres. Vous ne pouvez vivre assez longtemps pour les faire toutes, tout seul».

A vous de jouer