Le «dircom» est le garant de l’image

Connaissance précise des produits, services et métiers de l’entreprise,
aisance relationnelle et capacité d’anticipation et d’animation sont les
qualités recherchées chez un «dircom».
Les filières de formation spécialisée en communication sont
peu nombreuses.

Du directeur de la communication à l’attaché de presse en passant par le responsable de la communication externe, les entreprises recrutent, en nombre réduit, des professionnels de la communication et ce pour informer le grand public, convaincre leurs clients et leurs actionnaires, s’imposer sur les marchés ou encore dynamiser leurs salariés.
Des territoires restent à conquérir au sein des petites et moyennes entreprises qui n’ont pas toutes encore créé un poste spécifique. Explications avec Meriem El Kerzazi, consultante en recrutement au cabinet Diorh.

La Vie éco : Y a-t-il un intérêt pour les métiers de la communication dans les entreprises ?
n Meriem El Kerzazi : Il est vrai que le leitmotiv actuel des entreprises est de communiquer, rien que communiquer. Dans cette perspective, on assiste depuis quelques années à la diversification et à l’émergence de nouveaux profils dédiés à la communication d’entreprise. Aux côtés du directeur de la communication, on trouve de plus en plus les chargés de communication institutionnelle, les responsables des relations presse, les chargés de l’événementiel ou encore les chargés de communication interne. A noter que ces profils existent principalement dans les multinationales et autres grandes entreprises nationales.
Bien souvent, on constate que tout ce qui touche à la communication interne est généralement rattaché à la direction des ressources humaines, si l’entreprise ne dispose pas d’une véritable direction de la communication.

En quoi consiste la mission d’un directeur de la communication ?
Le directeur de la communication est le garant de l’image de l’entreprise aussi bien en interne qu’en externe. Il définit la stratégie de communication adéquate en fonction des aspects budgétaires. Dans les grandes entreprises, il fait partie de l’équipe de direction au même titre que le directeur financier, de la production ou encore des ressources humaines. Il joue également un rôle de représentation dans certaines manifestations. Quelles sont les qualités recherchées pour occuper une telle fonction ?
Une vision stratégique et globale de l’entreprise avant tout. Bien évidemment, il doit avoir une véritable connaissance des produits, services et métiers de l’entreprise, l’aisance relationnelle, la capacité d’anticipation…Bref, une vision à long terme est capitale pour un directeur de la communication ou «dircom», surtout lorsque l’entreprise engage des campagnes importantes avec des budgets considérables. J’ajouterais de même que la réceptivité, la réactivité et une grande curiosité sont également recherchées chez un dircom.

Qu’en est-il des autres fonctions ?
Au niveau des entreprises, on trouve pas mal de chargés de communication externe, de relations publiques ou d’événementiel. En revanche, le problème se pose pour les responsables de communication interne, pour la simple raison que les entreprises ne donnent pas toute l’importance nécessaire à cette fonction. Il ne faut pas oublier qu’une telle fonction requiert une expertise très pointue en matière de développement du contenu de site internet, journaux internes, revues et communiqués de presse, conventions des cadres, séminaires, incentives ainsi qu’une cohésion avec le département ressources humaines. C’est un métier à part au sein de l’entreprise. Malheureusement, ces missions sont souvent réparties entre les responsables RH et les chargés de communication externe.
Il faut savoir aussi que les entreprises sont de plus en plus réticentes par rapport aux chargés des Relations publiques et de l’événementiel qui ont uniquement une expérience professionnelle en agence de communication. Elles préfèrent s’entourer de personnes qui ont une approche correspondant aux valeurs de l’entreprise plutôt que de tomber dans le côté paillettes et autres soirées cocktail.

Trouve-t-on facilement ces profils de communicants sur le marché local ?
D’abord, il est important de noter que ce sont les grandes entreprises qui ont recours à ces profils, même si parfois des PME s’y mettent. Malheureusement, dans ce dernier cas, on constate que les compétences des candidats sont surdimensionnés pour ces postes.
Pour revenir à votre question, je dirais que les candidats ne manquent pas. Seulement, les formations spécialisées ne sont pas légion sur la place. Le plus souvent, les étudiants optent pour une formation en marketing et basculent par la suite vers la communication. Ceux qui désirent suivre cette voie peuvent toujours se former à l’étranger de manière plus pointue.

Qu’en est-il des salaires ?
A ce niveau, il n’y a pas forcément de cohérence. Les directeurs ont un bon niveau de salaire, équivalant à celui d’un directeur marketing, financier ou autre. Les salaires se situent entre 25 000 et 40 000 DH. A préciser encore qu’il s’agit des fourchettes pratiquées dans les grands groupes. Sinon, pour les autres fonctions, les salaires peuvent aller de 8 000 à 12 000 DH. Ce sont les niveaux pratiqués notamment dans les secteurs des services, banque et assurance ainsi que l’industrie.

Les salaires sont relativement corrects, mais la fonction n’est-elle pas lésée par rapport aux autres ?
Pas jusque-là ! Mais je dirais que les concernés subissent encore une fois le manque d’intérêt des entreprises. Beaucoup d’entre elles estiment que la communication n’est pas une priorité. Cet état d’esprit, ou choix stratégique, se répercute à tous les niveaux : budgets, responsabilités et salaires. En revanche, les salaires sont assez spectaculaires dans les agences de communication pour la simple raison que le rythme de travail y est assez soutenu et donc la compensation passe forcément par une meilleure rétribution.

Peut-on évoluer facilement dans l’entreprise ?
Le parcours typique consiste à franchir tous les paliers dans la fonction jusqu’à en prendre la direction. Ceci dit, il est toujours possible de passer par le marketing. Ce cheminement est assez récurrent. Même si les métiers sont différents, ils sont complémentaires. On trouve aussi certains chargés de «com interne» qui peuvent basculer vers les ressources humaines.Certains profils peuvent, tout au plus, prendre en charge des responsabilités plus importantes ou des budgets plus importants à gérer. C’est le type d’évolution qu’on observe le plus souvent .

meriem el kerzazi
Consultante au cabinet Diorh Bien souvent, on constate que tout ce qui touche à la communication interne est généralement rattaché à la DRH, si l’entreprise ne dispose pas d’une véritable direction de la communication.