Les ventes des véhicules utilitaires légers en hausse de 25%

Ce segment a participé au fil des mois à contrebalancer les baisses successives enregistrées dans l’activité des VP. Les professionnels prévoient de finir l’année sur un volume d’environ 17 000 unités.

Le marché automobile évolue à deux vitesses. Si le segment des véhicules particuliers connaît un ralentissement, le VUL affiche, pour sa part, la bonne forme. Selon les statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam), les ventes des véhicules particuliers ont totalisé environ 144 000 unités à fin novembre en recul de 7% par rapport à 2018. En face, l’activité du segment VUL a enregistré plus de 15 970 unités écoulées, en croissance de 24,51% par rapport à fin novembre 2018.

Il faut dire que ce compartiment de marché confirme sa bonne santé depuis le début de l’année. Il a participé au fil des mois à contrebalancer les baisses successives enregistrées dans l’activité des VP. Sachant qu’il était en proie à de grandes difficultés jusqu’à 2017. Depuis cette date, le secteur a ressorti la tête de l’eau et neutralise la contre-performance des véhicules particuliers.

Par marque, c’est Renault qui anime ce compartiment de marché : la firme au losange ayant écoulé 2668 utilitaires légers à fin octobre, soit une évolution de 2,58%. Ford (Scama-Auto Hall) conserve la deuxième marche du podium avec 2 130 unités vendues (+16,58%). On retrouve sur la troisième marche du podium Mitsubishi (Diamond Motors-Auto Hall) qui a pu écouler un volume de 1 488 véhicules, soit une croissance de 18,28%.

Pour les professionnels, ces bonnes performances du segment des véhicules utilitaires est justifiée par deux facteurs. Le premier réside dans le fait que plusieurs secteurs, très demandeurs de VUL, ont légèrement retrouvé le chemin de la croissance notamment l’agriculture, le transport, les services aux collectivités et la grande distribution. Les opérateurs évoluant dans ces activités adressent de plus en plus de commandes pour élargir ou renouveler leur parc en exploitation. «Entre 2014 et 2017, il y avait quasiment un gel de la demande que ce soit les budgets pour le nouvel équipement ou le renouvellement du parc», explique un directeur commercial d’une grande concession de la place.

En deuxième lieu, l’activité du compartiment des VUL a tiré profit de quelques grandes opérations d’équipement en matériel roulant réalisées par de grands groupes nationaux et des multinationales depuis début 2018. Il s’agit de grandes commandes faites une fois tous les cinq ans ou tous les sept ans par des industriels, de grandes enseignes commerciales ou des opérateurs de la distribution.

Les professionnels sont unanimes à dire que les ventes des utilitaires légers vont continuer sur leur bonne lancée pour finir l’année sur un volume autour de 17 000 unités. De quoi maintenir l’embellie !