Le record des ventes de 2016 sera facilement pulvérisé !

Dacia et Renault tirent le marché vers le haut. L’utilitaire se ressaisit enfin avec des ventes en hausse de 30%.

Les concessionnaires continuent de faire de bonnes affaires. Après avoir clôturé l’année 2016 sur un nouveau record de 163 000 unités (le dernier en date est celui de 132 000 atteint en 2012), leur activité reste bien orientée, avec à la clé plus de 26 570 unités vendues sur les deux premiers mois de 2017. Ce volume est en hausse de 17,5% par rapport à fin février 2016. Selon les données détaillées de l’Aivam, le segment des véhicules particuliers a totalisé plus de 24 460 nouvelles immatriculations contre 20 977 un an auparavant, soit une croissance d’environ 17%. A ce rythme, les professionnels estiment que le record de 2016 sera facilement battu. Plusieurs d’entre eux ont arrêté leurs objectifs de ventes, en prenant en considération un marché en croissance de 10 à 20% par rapport à 2016.

Ils expliquent que les transactions restent favorisées par le besoin de mobilité encore très marqué chez les populations, des prix orientés à la baisse, des formules de financement encourageantes, et une offre de véhicules de plus en plus diversifiée. Les professionnels sont convaincus que cette orientation du marché a tout pour durer. Une étude récente du cabinet BMI Research (groupe Fitch) conforte leur optimisme. Sur la période 2017-2021, les analystes de BMI prévoient une croissance des ventes du marché de l’automobile de l’ordre de 47,1%. C’est l’une des meilleures performances dans la région Mena. Cependant, toutes les marques du top 5, à l’exception du tandem Dacia-Renault ont accusé un recul sur ces deux premiers mois de l’année. Normal, dit-on dans le secteur puisque ces concessions ont enregistré des ventes «exceptionnelles» au cours de 2016. Il en est ainsi de Ford qui a vu son activité régresser de 7,2% par rapport aux deux premiers mois de l’année, à 1 947 unités. Idem pour son concurrent direct, Hyundai, qui a perdu 15,3% de ses ventes réalisées à fin février 2016. La concession de Global Enignes a commercialisé 1 580 unités contre 1866. Avec 1 278 véhicules vendus, Fiat a également remis les pieds sur terre. Ses ventes sont en retrait de 4,5%.

Toyota, Kia et Citröen sur la bonne voie en ce début d’année

Donnée immuable du marché depuis quelques années: Dacia continue de porter l’activité. La marque économique a contribué à la croissance des transactions à travers 7485 nouvelles immatriculations, en hausse de 25%. Sa concitoyenne Renault réalise une belle percée en ce début d’année grâce à 2 948 ventes (contre 1890), en hausse de 56%. Volkswagen ne démérite pas ! L’allemande a fait croître son volume de 17,4%, portant ses ventes de 1 196 à 1 404 unités, soit la troisième plus forte percée chez les généralistes. Toyota, Kia et Citröen sont également sur la bonne direction. Les trois marques ont totalisé respectivement des ventes de 603, 683, et 913 unités, en hausse de 15,5%, 13,6% et 9,4%. L’autre française, Peugeot, a fait du surplace. La marque du lion conserve un volume de 1 630 unités.     

Grand fait saillant en ce début d’année : le segment de l’utilitaire se ressaisit et avec de la vigueur ! Embourbé dans la crise jusqu’à la fin de l’année, il a vu ses transactions augmenter de 30%, à 2 114 unités. Ce sont Ford et Fiat qui ont dynamisé le plus ce compartiment. La marque à l’ovale bleu a réalisé 446 nouvelles immatriculations contre 245, soit une progression de 82%. Tandis que l’italienne a fait croître ses volumes vendus de 79% à 349 unités (contre 195). Les ventes de Toyota (244) et Mitsubishi (238) ont également contribué à cette embellie de l’utilitaire, mais dans une moindre mesure.