Automobile : les ventes cherchent un déclic

En février, les ventes du secteur se sont figées à 11.549 unités, contre 12.233 réalisées lors du même mois de 2018 (-5,59%). Le cumul des ventes depuis le début de l’année se monte à 24.198 unités, contre 25.860 écoulés durant janvier et février 2018 (-6,43%). Ce trend baissier est à amputer à l’affluence timide sur les véhicules particuliers (VP).

En observant les ventes réalisées au cours des deux premiers mois de cette année, on comprend que le marché des voitures neuves, habitué à enchaîner les records ces 5 dernières années, a besoin d’un déclic pour maintenir cette cadence prolifique.

Les statistiques livrées par l’Association des Importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) révèlent qu’en février 2019, les ventes du secteur se sont figées à 11.549 unités, contre 12.233 réalisées lors du même mois de 2018, synonyme d’un recul des ventes de -5,59%. Le cumul des ventes depuis le début d’année se monte ainsi à 24.198 unités, contre 25.860 écoulées durant janvier et février 2018 (-6,43%).

Ce trend baissier est à amputer à l’affluence timide sur les véhicules particuliers (VP). Ces derniers se sont écoulés à 10.226 unités, contre 11350 en février 2018 (-9,9%). En cumulé, les ventes VP sont de 21834 depuis le début de l’année, contre 24171 lors de la même période en 2018 (-9,67%).

Les deux marques du Groupe Renault, principales locomotives du marché, performent toujours aussi bien, mais pas avec le rythme souhaité. Dacia a commercialisé 2.915 voitures lors du mois précédent, contre 3.756 en février 2018. Ses ventes cumulées depuis le début de l’année s’élèvent à 6539, alors qu’elles étaient de 7799 lors des deux premiers mois de 2018.

Pour sa part, Renault a vendu 1010 véhicules particuliers en février (1719 en 2018), portant ainsi ses ventes à 2271 depuis le début de l’année (3397 en 2018). Toutefois, la part de marché combinée des deux marques défie toute concurrence. Elle s’élève à 40,35% depuis début 2019, ce qui reflète le caractère vital de la contribution du Groupe Renault à tirer vers le haut un marché où il se taille la part du lion.

Le reste du peloton conserve une certaine stabilité. Hormis la progression louable des marques distribuées par Sopriam, les marques habituelles du Top 10 réalisent depuis le début d’année des performances similaires à celles accomplies lors des deux premiers mois de 2018.

En février 2019, Peugeot a commercialisé 997 unités (654 en février 2018, +52,45%), portant ses ventes totales à 1996 depuis le début d’année (1382 en 2018, +44,43%). Citroën réalise une évolution tout aussi remarquable en écoulant 522 véhicules (347 en février 2018, +50,43%). Poursuivant son offensive commerciale à succès sous l’impulsion de son DG Khalid Kabbaj, Sopriam pointe en deuxième position au classement des importateurs, avec une part de marché de 17,86% au niveau des véhicules particuliers.

Les ventes des autres marques majeures ont stagné pour les uns, et ont subi un léger repli pour les autres. Pour le compte de février 2019, Hyundai conserve le même rythme observé l’an dernier avec 855 ventes (contre 863 en février 2018). Volkswagen et Toyota font de même, avec respectivement 678 et 381 ventes (contre 692 et 384 en février 2018). Les chiffres de Fiat et Nissan, quant à elles, ont subi des régressions, s’établissant respectivement à 462 et à 373 ventes (contre 513 et 427 en février 2018).

Un vent inverse souffle sur le marché des véhicules utilitaires légers (VUL) qui, pour sa part, connait une progression remarquable. 1323 véhicules de ce segment ont été commercialisés en février dernier (contre 883 en février 2018, +49,83%), fixant le cumul des ventes depuis le début d’année à 2364 unités (1689 en 2018, +39,96%). En VUL, Ford est aux commandes avec 220 unités commercialisées, suivie de Fiat (148), Hyundai (139), Mitsubishi (139), Dacia (132), Toyota (120), DFSK (116), Renault (114) et Mercedes (105).