Automobile : les berlines séduisent de moins en moins

Le segment pèse moins de 3% du marché. Environ la moitié des transactions du segment conclues chez Mercedes, Audi et BMW. Les berlines des généralistes sont encore plus difficiles à vendre.

Les berlines peinent de plus en plus à trouver preneur. En 2019, le segment «D» comme l’appellent les professionnels et les experts, n’a pas dépassé 1 100 unités vendues sur un marché, certes baissier (-13% à fin avril), mais qui compte environ 53 000 nouvelles immatriculations au compteur. En 2018, les opérateurs présents sur ce segment avait vendu près de 3000 unités. C’est dire que ces voitures qui correspondent à un volume plus grand que les compactes (leur taille varie en moyenne de 4,50 à 4,90 m), avec des moteurs plus puissants et qui sont faites pour le transport sur de plus longues distances de quatre (ou cinq) personnes, représentent moins de 3% des ventes du marché.
Les principales représentantes de ce segment en 2019 sont Alfa Romeo Giulia (4,64 m), Audi A4 (4,72 m) et A5 (4,67 m), BMW Série 3 (4,62 m) et Série 4 (4,64 m), DS 5 (4,53 m), Honda Accord IX (4,85 à 4,93 m), Kia Optima (4,85 m), Mercedes-Benz CLA (4,63 m), Opel Insignia (4,89 m), Ford Fusion (4.87m), Renault Talisman (4,84 m), Škoda Octavia (4,66 m), Volkswagen Arteon (4,86 m), ou encore Volvo S60 (4,76 m).

Un positionnement prix très proche des segments supérieurs

Selon les concessionnaires, les voitures de ce segment n’ont plus les faveurs du consommateur qui devient plus porté sur la praticité dans un espace citadin de plus en plus exigu. «Les clients des concessions cherchent les citadines en premier lieu, suivis des SUV compacts quand leur budget le permet», explique le directeur commercial d’une grande concession. De plus, les berlines (de grandes voitures souvent aux codes classiques) font les frais de l’arrivée de primo-accédants constitués de jeunes qui ont une nouvelle perception de la mobilité et de la voiture. «Il s’agit là d’une tendance mondiale qui s’affirme sur des marchés automobiles plus profonds en termes de volume et plus matures en termes de réflexes d’achat que le nôtre», informe le patron d’une concession généraliste de la place.

Le prix est un autre facteur de taille qui explique ce manque d’enthousiasme pour ces voitures. Proposés en moyenne à partir de 280000 DH- 300 000DH (pour les modèles commercialisés en 2019), ces véhicules sont perçus aussi chères que les voitures plus cotées et ayant une image sociale plus valorisante ( notamment les SUV, les coupés ou les moyennes luxueuses). Ce qui fait que souvent les acheteurs finissent par préférer de payer la différence, une sorte de surclassement.

Néanmoins, toutes les berlines ne sont pas logées à la même enseigne. Celles des généralistes se vendent moins bien que les modèles des concessionnaires de luxe. En 2018, environ la moitié des ventes du segment ont été conclues chez Mercedes, Audi et BMW. Le reste du volume est ventilé entre les généralistes notamment Volkswagen, Renault, Peugeot, Skoda, Citroën, et Opel.