Auto-Expo 2016 : L’état de grâce se prolonge depuis le début de l’année

Les ventes de voitures neuves ont progressé de 17,2% à fin avril. Elles sont tirées par les véhicules particuliers dont les écoulements ont crû de 20,7%. Les véhicules utilitaires légers se sont contractés de 15,1% consécutivement au ralentissement économique.

Le marché automobile confirme sa croissance. Après avoir clôturé l’année 2015 sur une hausse de 8%, les ventes se sont appréciées de 17,2% à fin avril, à 47 920 unités, selon les dernières statistiques de l’AIVAM. Ce qui est quand même une prouesse pour le marché car, habituellement, la période qui précède la tenue du Salon Auto Expo est caractérisée par de faibles ventes; les acquéreurs potentiels attendent l’arrivée de l’Auto Expo pour franchir le pas, surtout que l’événement apporte un lot énorme de nouveautés mais aussi de promotion que ce soit sous forme de rabais sur le prix de vente ou encore de facilités de crédit auprès des sociétés de financement. Bref, les 4 premiers mois de cette année sont exceptionnels puisque le segment des voitures particulières a enregistré un volume de vente de 44 527, soit une progression de 20,7%.

Toutes les marques, ou presque, ont affiché une bonne performance. Ford, par exemple, continue de collecter les exploits. Ses ventes ont augmenté de 38,4% à 4 127 unités et son concurrent direct, Hyundai, suit la tendance aussi puisqu’il a réussi à commercialiser 3 803 voitures, signant un rebond de 27,4%. Pour leur part, les marques Renault et Peugeot continuent d’affirmer leur présence sur le marché. Avec 4 410 et 3 212 unités respectivement, leur activité est en hausse de 30,3 et 19,4%. Citroën, elle, n’est pas en reste, comme l’attestent ses 1 873 unités vendues, en croissance de 21%. La marque Fiat affiche aussi une bonne activité commerciale. Elle a réussi à écouler 2 786 voitures neuves, augmentant le niveau de ses ventes de 10,8%. Dacia, forte de son positionnement et sa notoriété, a affiché une amélioration de ses ventes en CBU de 27,6% sur cette période, pour atteindre 5 495 véhicules vendus.

Le segment Premium, toujours aussi dynamique

De son côté, l’activité CKD a progressé de 4,5% avec 6 094 voitures vendues. Ce qui porte le volume global à 11 329 nouvelles immatriculations, en hausse de 15,7%. Ce qui est remarquable en ce début d’année, c’est que même les marques qui affichaient mauvaise mine l’année dernière se sont redressées à fin avril. Il en va ainsi de Volkswagen qui a vu ses volumes vendus augmenter de 48,5%, à 1 732 unités. De même, Toyota a signé un retour exceptionnel à la croissance grâce à 1 104 immatriculations, en augmentation de 40,1%. De son côté, Kia qui a dépassé la période de turbulences, a vu ses ventes quasiment tripler sur une année glissante pour atteindre 1 041 unités.  Même les marques du segment premium s’en sont sorties à bon escient. Hormis Audi qui a affiché une baisse de 9,7% de ses volumes de vente de véhicules à 539 unités, BMW a réalisé un saut de 7% à 703 voitures neuves commercialisées. Mercedes, elle, a affiché un rebond de 11,6% à 656 unités. Avec une croissance de 72,2%, Jeep a écoulé 501 voitures à fin avril. Dans la gamme du luxe, Jaguar et Land Rover se portent bien avec des écoulements de 88 et 529 unités, soit des hausses respectives de 144,4% et 28%. Enfin, Porsche a pu commercialiser 68 voitures neuves, en amélioration de 33,3%.

L’orientation favorable des ventes de l’ensemble des marques, toutes gammes comprises, est redevable à l’affermissement de la demande des clients qui elle- même trouve son origine dans l’amélioration de l’offre sur le marché. En effet, les produits proposés sont de plus en plus diversifiés et compétitifs sur le marché. D’autant que les équipements deviennent de plus en plus intéressants. Les conditions de financement sont attrayantes également. En plus de la baisse du taux du crédit, les clients peuvent bénéficier du taux zéro tout au long de l’année chez la plupart des sociétés de financement.

Cependant, si le segment des voitures particulières affiche une bonne santé, la branche des véhicules utilitaires légers ne connaît pas autant de succès. Les transactions se sont contractées de 15,1%, à 3 393 unités. Il faut dire que le ralentissement économique, conjugué à la difficulté qu’éprouvent certains opérateurs à trouver le financement pour leur parc, en plus d’une campagne agricole en recul par rapport à celle de 2015 affectent directement le comportement du secteur. La marque qui a accusé le coup le plus dur sur ce segment est la Mitsubishi qui a essuyé une perte de 38,5% à 405 unités. Elle est suivie par Toyota qui n’a réussi à écouler que 392 VUL, en contraction de 33,2%. Les ventes des VUL de Fiat et Hyndai ne sont pas au beau fixe non plus, puisqu’elles ont baissé de 28% et de 24,2% pour atteindre 444 et 425 unités respectivement. Dans ce contexte morose, Ford s’en est pas mal sorti puisqu’elle a porté ses ventes de 34,2% à 597 véhicules. Idem pour Citroën avec des écoulements en croissance de 19,6% à 55 unités. Vokswagen, elle, n’a pas fait l’exception. Son volume d’affaires sur le segment des VUL a pointé à 74, en hausse de 10,5%.

En tout cas, les professionnels ne comptent pas vraiment sur ce segment pour porter leur volume de ventes, mais plutôt sur les voitures particulières. Ils visent ainsi à atteindre un volume de ventes de 145 000 unités à la fin de cette année. Ce qui marquerait une progression de 10% par rapport à 2015. Il faut savoir aussi que les acheteurs de voitures sont portés sur le diesel au détriment de l’essence et de loin. Ce carburant représente la plus grosse part du marché automobile, toutes catégories et usages confondus. En effet, sur les 47 920 voitures vendues à fin avril, 44 457 utilisent le Diesel, soit près de 93% des ventes totales, contre 3 463 de type essence.

Les marques chinoises n’ont toujours pas la cote sur le marché marocain. Préférant des marques connues pour leur robustesse, confort et design, les acquéreurs potentiels de voitures neuves ne sont pas vraiment portés sur l’offre proposée par les produits chinois. En effet, aucune vente n’a pas été enregistrée pendant le trimestre dernier. Quant à la marque indienne Mahindra, elle a écoulé une seule voiture particulière durant cette période, contre 16 VUL (15 à fin avril 2015).