Données personnelles : La CNDP finalise sa mutation en une institution orientée services

Omar Seghrouchni, président de la Commission nationale pour le contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP)

La Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), a indiqué, jeudi, qu’elle œuvre depuis plusieurs mois pour formaliser et finaliser sa transformation et sa mutation afin de déployer toutes les caractéristiques d’une administration agile au service des citoyens, des entreprises, des administrations et des entités publiques.

Dans un communiqué, la Commission a expliqué que cette action a nécessité la création d’un «Front Office», le recrutement et la formation de collaborateurs réactifs dont l’esprit et la culture sont orientés services, ainsi que le rajeunissement de la moyenne d’âge des effectifs administratifs de la CNDP, aujourd’hui autour de la trentaine, «ce qui en fait un outil aligné, en particulier, avec les générations Digital Native et les suivantes».

Selon la même source, l’observation critique, la formation, l’autoformation et l’amélioration continue constituent ainsi le quotidien de l’institution, ce qui permet l’intégration naturelle de nouveaux collaborateurs et la régénération de la relève, outre la refonte des processus d’instruction des dossiers (notification de traitement de données à caractère personnel, plaintes, contrôles, etc.) et leur outillage pour les rendre plus efficients. «Cette action est en amélioration continue selon les principes des approches agiles», précise le CNDP.

Il s’agit également de la déclinaison d’une organisation visant à réduire et à maîtriser les délais d’instruction et à renforcer la satisfaction de notre écosystème : citoyens, entreprises, administrations et entités publiques, en plus de l’adéquation aux standards internationaux des approches liées à la protection des données à caractère personnel et à la protection de la vie privée.

Sur ce dernier point, la CNDP affirme dans son communiqué qu’elle assure le Secrétariat permanent du NADPA/RAPDP (Réseau africain des autorités de protection des données personnelles), et est membre, depuis octobre 2021, du Comité exécutif, constitué de 8 membres, de la GPA (Assemblée Mondiale de la Vie Privée) qui est l’organisation internationale rassemblant près de 130 organisations de protection des données. La CNDP contribue dans ce cadre au groupe de travail international sur la Protection de l’enfance. Sur cette thématique, elle a lancé, avec un ensemble de partenaires, le 9 décembre 2022, la plateforme Koun3labal, première en son genre à vocation africaine.

Ces activités internationales permettent à la CNDP d’être en contact permanent avec ses pairs de par le monde et ainsi d’être informée, de façon fluide, des dernières bonnes pratiques déployées, ici et là, afin de les mettre au service de notre écosystème national. Afin de continuer à contribuer, avec d’autres institutions, à la confiance numérique sur le territoire national, la CNDP a annoncé dans son communiqué la publication du Registre national à compter du 16 janvier, la systématisation des sanctions prévues par la loi 09-08 et la publication sur son site web d’une page de suivi de l’instruction des plaintes et des contrôles significatifs tout en préservant les droits des concernés.

La transformation de la CNDP est en cours de finalisation, avec une échéance cible du 30 juin 2023, a-t-on révélé.

Ainsi, conclut-on, il s’agira de la concrétisation du projet de refonte de la loi 09-08 pour renforcer son alignement sur les standards internationaux, le renforcement de son action dans les régions, la finalisation de son organisation et la sécurisation statutaire de son personnel et l’aménagement d’un siège à la hauteur de sa position nouvelle et de ses ambitions.