VTC : Après Heetch, Careem propose le statut d’auto-entrepreneur à ses chauffeurs

Les deux acteurs principaux du secteur du des VLC, Careem et Heetch, entament de diversifier leur offre. Les deux opérateurs évoluent dans un environnement juridique encore non définitivement clarifié.

Malgré le flou juridique, le créneau des VTC est très porteur au Maroc. Il y a une année, Heetch Maroc annonçait la diversification de son offre. L’opérateur a commencé à intégrer des chauffeurs particuliers pour devenir leader dans le créneau Voitures de Transport avec Chauffeur (VTC) principalement dans la capitale économique. Aujourd’hui, un autre opérateur du secteur affirme avoir permis à plus de 5000 chauffeurs marocains « capitaines » de bénéficier d’opportunités d’emploi, avec un statut d’auto-entrepreneurs, à la fois flexibles et gratifiantes. Contrairement à Heetch, les services de la société couvrent trois grandes villes du Royaume (Casablanca, Rabat et Tanger), annonce l’opérateur dans un communiqué.

Depuis son entrée au Maroc, Heetch avait également fait de l’engagement socialement responsable son crédo. L’opérateur a misé sur l’amélioration continue des conditions de ses partenaires. Outre l’assurance maladie offerte à tous les chauffeurs-partenaires, ces derniers peuvent désormais disposer du statut d’auto-entrepreneur. Heetch est même allé très loin dans cet engagement, assurant toutes les formalités administratives pour ses partenaires en collaboration avec Maroc PME et la DGI, et ce afin de motiver encore davantage les professionnels. La démarche s’est révélée payante puisque plus de 600 de ses chauffeurs ont rapidement intégré ce système aux multiples avantages. Notons à ce propos qu’une année après son entrée sur le marché national, l’opérateur a réussi à obtenir, en 2018, une autorisation officielle d’exercer auprès des autorités, proposant ainsi une solution réelle de mobilité légale.

Marchant sur ses pas, Careem, en plus de renforcer et de développer ses services dans le domaine du transport de personnes, a également élargi sa palette de prestations en lançant, lui, un service de livraison « Go Box ». Un service qui permet de transporter des colis et qui manifestement a été relativement demandé, notamment durant la période du confinement.