Transport Touristique : La FNTT présente ses propositions pour une sortie de crise après la pandémie

La relance du tourisme requiert la mise en œuvre d’un nouveau modèle de développement du secteur, a affirmé, mercredi à Casablanca, le président de la Fédération nationale du transport touristique (FNTT) , Othman Chérif Alami, lors d’un point de presse dédié à la présentation des résultats d’une étude sur les voies de réflexion pour une sortie de crise du secteur du transport touristique et les scénarios plausibles à l’horizon 2025.

La relance touristique passerait « impérativement » par une nouvelle approche et une vision « appropriée », a t-il ajouté.

Parmi les facteurs clés de relance de ce secteur, le président de la FNTT a recommandé de repenser le cahier de charges technique, ainsi que de mettre en place une nouvelle décision d’agrément de l’entreprise touristique.

« En conclusion des résultats de cette étude et en vue de limiter les effets négatifs de la crise actuelle et créer les conditions d’une relance sectorielle, nous proposons des recommandations opérationnelles reposant sur une logique constructive et objective », a-t-il dit, citant notamment le volet bancaire, lequel est axé sur une restructuration et un re-profilage avec exemption des intérêts intercalaires et de retard.

Plus que jamais le secteur du transport touristique nécessite un appui très important de la part de l’ensemble des parties prenantes, en vue de l’appuyer et l’aider à dépasser cette phase de sinistralité avec le minimum de dégâts et se préparer pour une phase de relance de l’activité, a soutenu M. Chérif Alami.

D’après l’étude, la FNTT propose des mesures à caractère financier préconisant l’allégement du fardeau de l’endettement, qui occupe une place importante et prioritaire dans les efforts à entreprendre pour redresser le secteur afin de limiter et minimiser les impacts de la crise d’un côté et de favoriser les conditions de reprise en surmontant les difficultés à caractère administratif et réglementaire.

Il s’agit aussi de mesures à caractère administratif et réglementaire reposant sur un appui de l’appareil administratif sur le plan réglementaire et procédural.

A cet effet, les opérateurs s’attendent à des mesures de facilitation, notamment la non prise en considération de la durée d’arrêt dans le cadre des durées, des agréments et des autorisations et la facilitation des démarches de renouvellement des documents des véhicules.

Intitulée « CAP 2025 – analyse, diagnostic orientations et plan d’action à moyen terme », cette étude, réalisée par les experts Mohamed Setti et El Mehdi El Fakir, se veut une occasion pour échanger avec les médias sur l’analyse, le diagnostic et la vision du secteur de transport touristique, mais aussi pour fournir une radioscopie de l’actuelle situation engendrée par la pandémie et l’arrêt de l’activité pour une durée de 15 mois.