Transition climatique : La BAD estime les besoins du Maroc à 8 milliards de dollars par an

articlesprincipalesbad

Dans son rapport sur les perspectives économiques en Afrique du Nord, la Banque Africaine de Développement estime les flux annuels destinés du financement climatique dans ces pays à moins de 4 milliards USD, contre 36,3 milliards de flux nécessaires sur la période 2020-2030.

« Le Maroc a besoin de 8 milliards USD annuellement pour faire face au changement climatique », voici ce qui ressort des estimations de la Banque Africaine de Développement, à l’occasion de la présentation de son rapport sur les perspectives économiques en Afrique du Nord.

Le rapport dévoile que dans la région, deux pays sont particulièrement vulnérables au changement climatique. Il s’agit du Maroc et de la Mauritanie. Le même document indique également que « des ambitions et des financements insuffisants coûteront cher à ces pays » et qu’une « action tardive entraînera des coûts liés aux pertes et préjudices économiques et non économiques causés par les effets néfastes du changement climatique.

Pour y faire face, Ali Benryane, coordinateur national de PAGE Maroc, recommande la rationalisation des ressources à travers, notamment, la suppression des incitations dommageables à l’environnement et le développement de nouveaux instruments économiques et financiers à savoir, le mapping des différents mécanismes de financements existants, la mise en place d’une fiscalité verte ou encore l’orientation de la commande publique en y intégrant l’aspect environnemental et climatique. Pour l’expert, « instaurer une meilleure gouvernance est nécessaire et intégrer le secteur privé dans le circuit de financement est la clé de la réussite. »

Actuellement, les flux annuels destinés au financement climatique dans les pays d’Afrique du Nord sont évalués à moins de 4 milliards USD, contre 36,3 milliards de flux annuels nécessaires sur la période 2020-2030.