Tabagisme : l’OMS appelle à  davantage de taxes sur les cigarettes

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé, mardi, les gouvernements à  imposer davantage de taxes sur les cigarettes afin de contribuer à  la lutte contre le tabagisme et stimuler le développement durable.

« Les gouvernements omettent d’utiliser une mesure peu onéreuse qui a fait ses preuves pour réduire la demande de tabac, sauver des vies et lever des fonds pour renforcer les systèmes de santé », a déploré l’OMS dans son rapport sur « l’épidémie mondiale de tabagisme 2015 ».

Bien que 33 pays prélèvent des taxes représentant plus de 75 pc du prix de vente au détail d’un paquet de cigarettes, de nombreux autres ont des taux de taxation extrêmement bas, relève l’agence onusienne.

Selon la directrice générale de l’OMS, Margaret Chan, la hausse des taxes sur les produits du tabac est « l’un des moyens les plus efficaces, et les moins coûteux pour réduire la consommation de produits qui tuent, tout en générant des revenus substantiels ».

Pour le directeur de la prévention des maladies non transmissibles (MNT) à l’OMS, Douglas Bettcher, des données probantes révèlent que la hausse des prix des produits du tabac associée à l’augmentation des taxes entraîne une baisse de la prévalence du tabagisme et ses effets néfastes tels que les décès par cancer pulmonaire.

D’après l’OMS, la convention-cadre anti-tabac propose aux gouvernements des politiques pour venir à bout du commerce illicite des produits du tabac afin de réduire la demande et d’accroître les recettes fiscales. 

La taxation du tabac pourrait également être une source essentielle de financement pour la mise en œuvre des objectifs de développement durable pour l’après-2015 convenus sous les auspices de l’ONU.

Aujourd’hui, environ une personne meurt toutes les six secondes d’une maladie liée au tabagisme, ce qui équivaut approximativement à six millions de personnes par an, selon les estimations de l’OMS. Ce chiffre devrait augmenter pour dépasser plus de huit millions de personnes par an d’ici à 2030 si des mesures rigoureuses ne sont pas prises pour endiguer l’épidémie.

En 2012, les MNT ont été la cause de 16 millions de décès prématurés (avant l’âge de 70 ans), dont plus de 80 pc se sont produits dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.