Syndicats / gouvernement : le pacte social de Saad Eddine El Othmani

Lors de la première rencontre du dialogue social, tenue le 9 octobre, le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, a prononcé une allocution que chacun, de prime abord, peut faire sienne.

Il a loué les vertus du dialogue social et proposé de l’institutionnaliser ; il a rappelé la nécessité de ne pas oublier dans ce dialogue les couches sociales fragiles et les travailleurs non salariés; enfin, il a insisté sur le fait que le dialogue social, pour réussir, se doit de prendre en compte un certain nombre d’exigences comme la compétitivité de l’entreprise, le respect des droits et des libertés des salariés, et les équilibres macroéconomiques du pays. A partir de là, il propose aux partenaires sociaux une sorte de pacte social qui définirait les objectifs à atteindre et les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. Mais au fond, que peuvent obtenir les salariés dans un dialogue encadré par les exigences de compétitivité et de l’équilibre macroéconomique ?