SOREC : 16 pays représentés au Morocco International Meeting

La 8e édition du Morocco International Meeting (MIM), rendez-vous hippique de haut niveau, se tiendra les 19 et 20 novembre 2022 à l’Hippodrome Casablanca-Anfa.

L’évènement, organisé par la Société Royale d’Encouragement du Cheval (SOREC) est ouvert au grand public et s’inscrit dans le cadre des ambitions stratégiques de la SOREC visant à démocratiser les pratiques liées au cheval et à faire rayonner la filière courses marocaines. Cet événement majeur du calendrier des courses de chevaux marocaines rassemblera des chevaux et jockeys nationaux et étrangers, précise la SOREC dans un communiqué. «Le rayonnement des courses marocaines est un enjeu majeur pour la SOREC qui œuvre à positionner le Morocco International Meeting à l’échelle internationale. Il s’agit aussi d’une occasion importante à travers laquelle nous souhaitons partager avec le grand public le dynamisme et l’émotion des grandes courses. Notre objectif sur le long terme est de rendre les hippodromes du Royaume de véritables lieux de loisirs et de divertissements», a déclaré Omar Skalli, DG de la SOREC.

Au programme, quatorze courses dont huit internationales auront lieu avec comme épreuves phares les prestigieux Grands Prix de Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Pur-sang Anglais (19 novembre) et du Pur-sang Arabe (20 novembre). Plus de 190 chevaux seront au top départ des différentes courses, et 16 pays seront représentés (Maroc, Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Qatar, France, Italie, Espagne, République Tchèque, Suisse, Allemagne, Suède, États Unis, Norvège, Grande Bretagne, Hongrie et Danemark).

La nouveauté de cette 8e édition est la présentation d’une œuvre artistique reflétant, d’un côté, la créativité du Maroc, et de l’autre, l’émotion et la frénésie que suscitent les courses de chevaux. Conçue par l’artiste Anwar Belaaroui, cette fresque réalisée avec du matériel recyclable sera exposée à l’hippodrome pendant toute la durée de l’évènement. Elle exprime une vision dans laquelle la passion de la course de chevaux se partage et se propage, souligne la SOREC.