Solidarité : En réponse à l’appel royal, les Marocains font montre d’un sens exceptionnel de responsabilité sociale

A l’heure où nous mettions sous presse, en plus du budget d’amorce, le Fonds spécial comptait déjà plus de 16 MMDH de contributions. Les fonds récoltés serviront à faire face aux nécessités de l’urgence sanitaire et à atténuer les effets économiques et sociaux de la pandémie.

A situation exceptionnelle, réaction exceptionnelle. Les entreprises et hommes d’affaires marocains ont fait montre d’un élan de générosité sans égal qui en dit long sur la responsabilité sociale de l’entreprise marocaine et du capital national en général. A peine le Fonds spécial de gestion des effets de la pandémie du Covid-19 mis en place, que les dons ont commencé à pleuvoir. L’association des régions du Maroc a ouvert la voie en faisant un don de 1,5 MMDH à ce fonds. Tout de suite après, Afriquia Gaz annonce avoir fait un don de 1MMDH, le groupe BMCE-BOA lui emboîte le pas en promettant un montant similaire. Sur instructions de S.M. le Roi, le groupe Al Mada a fait don de 2 MMDH au profit de cette institution fraîchement créée. Le flot des contributions se poursuit, le groupe Aksal annonce une contribution de 1MMDH, le groupe OCP fait don de 3 MMDH, la BCP participe au fonds à hauteur de 1 MMDH, Moulay Hafid Elalamy annonce une contribution personnelle de 200 MDH. Cet élan s’est poursuivi avec l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie qui a offert 1 MMDH et le Groupe MAMDA-MCMA qui a mis 500 MDH. En plus de la contribution du Fonds Hassan II (1MMDH) et le montant de la sanction pécuniaire infligée à Maroc télécom par l’ANRT, le Fonds totalisait, à l’heure où nous mettions sous presse (mercredi 18 mars), plus de 16 MMDH. Il est fort à parier que ce record sera vite, et largement, dépassé. Notons par ailleurs que ce fonds a démarré avec une contribution de l’Etat de 10 MMDH. Cela sans compter les contributions spontanées, notamment des membres du gouvernement secrétaires généraux des départements ministériels, parlementaires des deux Chambres, les responsables des institutions constitutionnelles qui ont tous contribué à hauteur du salaire, ou indemnité, d’un mois. Les citoyens ordinaires, au même titre que les personnes morales, peuvent y contribuer, il a été procédé pour ce faire à la création d’un compte d’affectation spéciale sous le n°: 3.1.0.0.1.13.030. Les versements des dons peuvent être effectués aussi auprès des comptables publics relevant de la Trésorerie générale du Royaume exerçant au niveau national (Trésoriers ministériels, Trésoriers régionaux, Trésoriers préfectoraux et provinciaux et percepteurs) ainsi qu’au niveau des agents comptables auprès des missions diplomatiques et consulaires du Maroc à l’étranger, à charge pour ces différents comptables d’en transférer les sommes ainsi perçues, au Trésorier ministériel auprès du ministère de l’économie des finances et de la réforme de l’administration en sa qualité de comptable assignataire dudit compte, ajoute le ministère. Maintenant, à quoi servirait cet argent? Dans le décret portant sa création, publié au B.O du 17 mars, il est précisé que ce fonds aura deux missions. La première est la prise en charge des dépenses de mise à niveau du dispositif médical, en termes d’infrastructures adaptées et de moyens supplémentaires à acquérir dans l’urgence. Pour ce faire, le gouvernement a publié également un décret portant création d’un cadre réglementaire permettant une plus grande flexibilité dans la mise en œuvre des dépenses ordonnées par le ministre de la santé. En d’autres termes, le ministère pourra procéder à des achats et des commandes publiques pour passer par les procédures des marchés publics. Ce sera fait de manière directe, sans appel à concurrence et par le biais de bons de commande sans limite de plafond. C’est d’ailleurs dans ce cadre que le ministère compte renforcer la capacité en lits de réanimation avec la création de 250 nouveaux lits. Ce qui portera le nombre total disponible à 1 640 lits, en comptant les 504 que compte le secteur privé et les 70 disponibles chez la santé militaire ainsi que les 132 lits disponibles chez les fondations. Ce fonds sera également dédié au soutien de l’économie nationale à travers l’appui aux secteurs les plus touchés par l’impact du Covid-19, la protection de l’emploi et l’atténuation des répercussions sociales de cette pandémie. Les mécanismes d’aides et les mesures d’accompagnement devraient certainement être mis en place au niveau du Comité de veille économique (CVE) et en étroite coordination avec la CGEM.