Seddiki : La lutte contre le chômage des jeunes tributaire d’une croissance inclusive, durable et génératrice d’emplois

La lutte contre le chômage des jeunes reste tributaire d’une croissance inclusive, durable et génératrice d’emplois, a souligné vendredi, à  Marrakech, le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki.

La réalisation de cet objectif reste tributaire de la mobilisation générale de toutes les composantes de la société autour d’une politique de développement intégrée, cohérente, mieux coordonnée et surtout focalisée sur la création de l’emploi décent pour tous les jeunes, a-t-il relevé dans le cadre de la 1-ère édition du Sommet Learning partners pour la région Moyen-Orient et Afrique (MEA LeX Learning partners Summit).

Cette mobilisation nécessite indéniablement la mise en place de partenariats renforcés et diversifiés et l’implication du secteur privé, de la société civile, des partenaires sociaux, locaux et régionaux ainsi que les partenaires internationaux, a-t-il ajouté.

Bien que le taux de chômage ait diminué, M. Seddiki a noté que le chômage de longue durée (de +12 mois) demeure élevé en milieu urbain et est constitué principalement de primo-demandeurs d’emploi, qui entrent sans expérience sur le marché du travail.

Par ailleurs, il a indiqué que le chômage touche inégalement les différentes catégories de diplômés. 

Ainsi en 2014, il est de 15,5% parmi ceux ayant un diplôme de niveau moyen, 22,4 pc parmi les diplômés de la spécialisation professionnelle, et de 20,9% parmi les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur avec en particulier un taux de 24,1% pour les lauréats des facultés, alors qu’il n’est que de 4,7% parmi les personnes sans diplôme, a-t-il précisé.

M. Seddiki a passé en revue les différentes mesures publiques pour l’amélioration de l’employabilité des jeunes rencontrant des difficultés d’insertion dans la vie active, dont l’appui à l’emploi salarié (Idmaj), l’adéquation emploi-formation (Taehil) ainsi qu’un dispositif d’appui à la création des petites entreprises.

La directrice mondiale de la division Learning de Microsoft, Mme Alison Cunard, a souligné, pour sa part, que l’éducation est un investissement social et économique essentiel et crucial pour l’avenir des communautés, des nations et du monde.

La compétitivité économique de chaque marché dépend, dans une large mesure, de l’efficacité de leurs établissements universitaires à s’engager, inspirer et préparer les étudiants à apprendre et à innover, ce qui est un élément essentiel pour la réussite sociale et la croissance économique durable, a-t-elle ajouté. 

Organisée par « Microsoft », sous le thème « les mesures publiques pour l’amélioration de l’employabilité des jeunes », la 1-ère édition du Sommet Learning partners pour la région Moyen-Orient et Afrique (Marrakech 17-18 septembre) connaît la participation de 61 personnes partenaires du programme issus de 48 pays.

Cette rencontre vise à faire bénéficier les enseignants et étudiants d’un accès aux nouvelles technologies et favoriser l’insertion professionnelle des jeunes.

Cet événement scientifique constitue une occasion unique de réunir l’ensemble des partenaires de Microsoft engagé dans le programme au niveau régional, qui couvre 80 pays.

Destiné à faire le point sur les dernières technologies de l’enseignement ainsi que le rôle des certifications dans l’amélioration de l’employabilité des jeunes, le Sommet Learning partners MEA vise à encourager tous les partenaires présents à explorer davantage la collaboration avec les gouvernements respectifs afin de mener à bien les actions nécessaires pour agir sur la croissance de la performance des jeunes dans les pays de la région.