Scandale Nokia : Elop refuse de renoncer à  son parachute doré pour cause de divorce

L’affaire fait grand bruit en Finlande…

L’affaire fait grand bruit en Finlande… Stephen Elop, Directeur général de Nokia, qui a démissionné de son poste le 3 septembre dernier, est censé percevoir une prime de 18,8 millions d’euros, soit l’équivalent de quatre années de salaires, à compter du jour où Microsoft mettra un point final au rachat de Nokia. 70% de cette somme colossale sera payée par le géant américain des logiciels tandis que les 30% restant seront assumés par Nokia.

Un parachute doré très mal venu pour Stephen Elop qui n’a occupé ce poste au sein de Nokia que pendant 3 ans et qui, cerise sur le gâteau, a déjà perçu une prime d’arrivée de 5,3 millions d’euros.

Soit, les grasses rémunérations des dirigeants d’entreprises sont monnaie courante, mais encore faut-il que les performances soient au rendez-vous, ce qui n’est pas le cas de Nokia. Certes, lorsque Stephen Elop, patron de la division entreprises de Microsoft, est appelé en septembre 2010 à reprendre la direction de Nokia en Finlande, le géant de la téléphonie mobile est déjà en perte de vitesse. Toutefois, d’aucuns se demandent si celui-ci n’a pas précipité sa chute et pour cause, il a touché 1 million d’euros par milliard d’euros perdu en Bourse sous sa direction.

En Finlande, où l’économie traverse actuellement une crise, cette nouvelle passe mal, et d’autant plus mal qu’Helsinki a annoncé qu’elle allait dépasser pour la première fois les critères d’endettement du traité de Maastricht.
Le premier ministre, Jyrki Katainen, a ainsi qualifié à la télévision finlandaise ce bonus de « scandaleux ». Même son de cloche du côté du ministre des Finances, Jutta Urpilainen, qui écrit sur son blog: « en plus d’en rajouter à l’ambiance toxique générale, cela pourrait menacer l’harmonie sociale ».

Quant à Risto Siilasmaa, président du conseil d’administration de Nokia, celui-ci, après avoir pris le parti de Stephen Elop, a fait volte face en s’excusant auprès des actionnaires et en demandant à M. Elop de renoncer à son parachute doré, ou du mois à une partie de sa prime.

« Non », c’est la réponse de Stephen Elop à cette demande désespérée. Par ailleurs, les raisons de ce refus n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu et alimenter cette gigantesque polémique. Et pour cause, selon le Financial Times, quotidien financier britannique, et le journal local Helsingin Sanomat,  l’ex-patron de Nokia invoque la procédure de divorce entamée avec sa femme !