Salé : Interpellation de six extrémistes pour escroquerie et provocation d’accidents fictifs de la circulation pour financer des projets terroristes

Les éléments de la brigade nationale de la police judiciaire ont, en coordination avec le service provincial de la police judiciaire à Salé, interpellé, lundi, sur la base d’informations précises fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), six extrémistes pour leur implication présumée dans la provocation d’accidents fictifs de la circulation afin d’escroquer des sociétés d’assurance et d’utiliser les revenus issus de ces actes criminels pour le financement de projets terroristes.

Parmi les six mis en cause, âgés entre 23 et 39 ans, figurent quatre anciens détenus dans des affaires de terrorisme et d’extrémisme et un dans des crimes de trafic de drogue, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

L’interpellation des suspects est intervenue suite à des soupçons de projets extrémistes à travers la provocation d’accidents fictifs de la circulation, en utilisant des motos et des voitures et en déclarant les sinistres aux sociétés d’assurances pour obtenir des remboursements dans le cadre du principe « Al Faye Wa Al Istihlal », en vue de financer des cibles terroristes pour l’atteinte grave à l’ordre public, ajoute la même source.

Les perquisitions menées aux domiciles des prévenus ont permis la saisie d’une moto utilisée dans les accidents fictifs de la circulation déclarés, de certificats médicaux et de leurs copies portant les noms des suspects et d’autrui, outre les copies de procès-verbaux des accidents, de cartes mémoire, de matériel informatique, de publications à caractère extrémiste et de 9 comprimés psychotropes, précise le communiqué.

Les mis en cause ont été soumis à une enquête judiciaire menée par la brigade nationale de la police judiciaire sous la supervision du parquet chargé des affaires de terrorisme, en vue de déterminer l’ensemble des accidents fictifs de la circulation déclarés et les sommes d’argents perçues à travers ce mode d’escroquerie, ainsi que les liens de ces actes criminels avec les affaires de financement de terrorisme et de planification d’actes terroristes.