Sahara : une semaine décisive

L’extension de la mission du Minurso au droit de l’Homme va entraîner le Maroc dans une guerre d’usure.

Les quelques jours à venir s’annoncent très difficiles pour le Maroc. C’est que la proposition d’extension de la mission de la Minurso au contrôle des droits de l’Homme est une vraie menace pour la stabilité au Sahara. Ce que proposent les Américains est, de l’avis de plusieurs observateurs, une dénaturation de la mission de la Minurso qui consiste à superviser, sans plus, le cessez-le-feu. C’est même, selon les experts en relations internationales, une violation de cet accord. Qui plus est, les Etats-Unis ont pris l’initiative de manière unilatérale sans en avoir informé le Maroc, ce qui est une atteinte au principe de négociations.

Quels sont les risques d’une telle mesure ? Elle va inciter les séparatistes de l’intérieur à davantage de provocations et de harcèlements des forces de l’ordre afin de les pousser à des réactions violentes. Le Maroc serait entraîné ainsi dans une guerre d’usure.

Que va faire le Maroc ? Sa diplomatie doit faire preuve d’agressivité, expliquer les risques d’une telle mesure sur le règlement pacifique de la question, surtout envers la France et les USA. La tâche sera d’autant plus difficile que les socialistes sont au pouvoir en France et que c’est un démocrate sensibilisé aux thèses du Polisario qui dirige le département d’Etat américain. Au pire, le Maroc pourrait accepter, estime-t-on, des missions d’inspection dans les régions au lieu d’un organisme permanent de l’ONU.

Entre-temps, le front interne est déjà mobilisé. La classe politique rejette unanimement et en bloc cette initiative. Mais une chose est sûre, aime-t-on à répéter : les USA ne perdent pas de vue une réalité, le Maroc est un allié stratégique et ne peuvent prendre aucune initiative qui nuirait à ses intérêts.