Retraite des parlementaires: une solution dans six mois ?

Habib El Malki, président de la première Chambre, a demandé un délai de six mois pour régler le problème de la retraite des députés. Pour cela, il a mis en place une commission restreinte, affirment des sources parlementaires.

Cela après avoir tenté de convaincre, en vain, le chef du gouvernement de lui concéder une rallonge budgétaire pour tenir sous perfusion le régime de retraite pendant quelques mois encore. En même temps, le président de la Chambre a demandé aux parlementaires du PJD de retirer, provisoirement, leur proposition de loi dans laquelle ils demandent la suppression de ce régime. Ce qu’il a pu obtenir sans difficulté, cette fois, étant donné qu’avec la campagne qu’il a menée autour de cette action, le PJD a atteint ses objectifs apparemment strictement politiques. Il faut dire que la question a failli semer la discorde au sein de la majorité. Contrairement au PJD, l’USFP s’est opposé, depuis le début, à la suppression de ce régime. Quant à l’Istiqlal, il affirme que la retraite des parlementaires est un acquis sur lequel il ne faut pas revenir.