Retrait d’agrément pour la société de crédit conso Fnac ?

Elle pourrait subir cette sanction du fait qu’elle ne remplit plus les exigences de capital minimum imposées par Bank Al-Maghrib.

Un retrait d’agrément pour une société de financement, cela est suffisamment rare pour que l’on s’y attarde. C’est en l’occurrence la menace qui pèse sur la société de Financement nouveau à crédit (Fnac). Cette entité spécialisée actuellement dans l’octroi de crédits au personnel des sociétés de son groupe d’appartenance, ainsi que dans le recouvrement de créances, pourrait subir cette sanction du fait qu’elle ne remplit plus les exigences de capital minimum imposées par Bank Al-Maghrib. En effet, les fonds propres de la Fnac se montent actuellement à 7,2 MDH, en deçà du minimum légal de 20 MDH, apprend-on dans un échange de courrier entre BAM et Fnac. Ceci se justifie en grande partie par les pertes cumulées de la société qui se montent à 7,5 MDH dont 2,5 MDH au titre de la seule année 2011. Pour redresser la barre, Fnac a bien proposé un projet pour la relance de son activité. En gros, celui-ci consiste à scinder la société en deux entités : une première à laquelle seront apportées les créances saines et une seconde qui se chargera du recouvrement. Mais cette option n’a pas convaincu BAM qui a émis des réserves quant à sa viabilité. Aux dernières nouvelles, Fnac devait plaider sa cause devant la commission de discipline des établissements de crédit. Affaire à suivre.