Ramid se met à  dos l’Istiqlal

Après le syndicat de la justice (proche de l’USFP), les avocats, les notaires, voilà  que le ministre de la justice et des libertés se fait un nouvel ennemi, l’Istiqlal.

Après le syndicat de la justice (proche de l’USFP), les avocats, les notaires, voilà que le ministre de la justice et des libertés se fait un nouvel ennemi, l’Istiqlal. Invité à une émission télé, le ministre Mustapha Ramid a laissé entendre que deux élus istiqlaliens ont des démêlés avec la justice et sont actuellement en fuite. Lors de la séance des questions orales du mardi 23 décembre à la première Chambre, les députés istiqlaliens se sont déchaînés contre le ministre qui a parlé des partis et des «déchets qu’ils génèrent». La situation allait dégénérer si la séance n’avait pas été levée.