Ramid et la présomption d’innocence

Le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme a eu des mots durs envers les médias et des parties officielles les accusant de porter atteinte à un droit fondamental qu’est la présomption d’innocence, et ce, en dévoilant des affaires encore sous le secret d’une enquête ou d’une instruction judiciaire.

Mustapha Ramid participait, mardi 26 septembre, à une journée d’étude organisée par la HACA (Haute autorité de la communication audiovisuelle) sur le «respect de la présomption d’innocence et des procédures judiciaires dans les médias officiels».