Rabbah en croisade contre l’insécurité sur les routes

Une enveloppe financière de 3 milliards de dirhams, a été allouée en 2013-2014 à  l’amélioration des infrastructures au niveau des axes routiers dangereux qui enregistrent un taux élevé d’accidents.

Une enveloppe financière de 3 milliards de dirhams (MMDH), a été allouée en 2013-2014 à l’amélioration des infrastructures au niveau des axes routiers dangereux qui enregistrent un taux élevé d’accidents, a indiqué le ministre de l’Equipement et du transport, Aziz Rabbah.

Un programme dédié à l’amélioration de la sécurité routière au niveau des axes routiers dangereux qui enregistrent un taux élevé d’accidents est en cours de réalisation, a précisé M. Rabbah au cours d’un exposé sur « la problématique de la sécurité routière au Maroc » devant la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement de la Chambre des représentants.

Le programme comprend notamment l’amélioration des caractéristiques géométriques des axes routiers en termes de longueur et de largeur, la réalisation d’une troisième voie sur certains tronçons de route, le traitement des points noirs, la mise en place d’équipements de sécurité sur les routes (murs de sécurité), la généralisation des dispositifs retro-réfléchissants de marquage des bas-cotes de routes et l’harmonisation de la signalisation.

M. Rabbah a, en outre, précisé que le plan stratégique intégré pour la sécurité routière au titre de la période 2013 -2016, prévoit une intensification du contrôle pour tout excès de vitesse durant la nuit, à travers l’acquisition de radars dotés de caméras nocturnes et d’autres mobiles installés au bord des véhicules, capables d’enregistrer un large éventail d’infractions.

Il a également mis l’accent sur l’intensification de la surveillance de la surcharge technique des véhicules utilitaires, soulignant qu’une enveloppe financière de 50 millions de dirhams (MDH) doit être allouée à l’acquisition de ces équipements.

M. Rabbah a aussi annoncé la prochaine adoption de technologies modernes susceptibles de renforcer la sécurité routière à travers notamment le mécanisme de surveillance automatique de l’excès de vitesse et du respect des feux de signalisation, et d’un système de géolocalisation (GPS) et d’avertissement en cas de somnolence au volant.

Sur le front de la sensibilisation, un plan de communication, qui intègre l’ensemble des mass médias, est en cours de réalisation. Il serait doté annuellement d’une enveloppe financière de 120 (MDH), pour l’organisation de campagnes d’éducation et de sensibilisation à la sécurité routière, a-t-il indiqué.

Le ministère de l’Equipement et du transport travaillera également sur l’intégration de l’éducation routière dans les programmes scolaires et les activités parascolaires, tout au long du parcours estudiantin, ainsi que sur la signature d’un prochain accord avec le ministère de l’Education nationale, a-t-il ajouté.