Quatre nouveaux contrats programmes pour la culture, le divertissement et les médias

L’année 2020 aura été une année redoutable pour les salariés et les entreprises des secteurs du «troisième temps». C’est-à-dire les secteurs de la culture, du cinéma, de la jeunesse, des sports et des médias.

 

Pour soutenir la dignité des salariés et pour contribuer à soulager la trésorerie des entreprises, quatre contrats programmes ont été entérinés lors de la dernière réunion du Comité de veille économique, tenue mercredi, pour les industries culturelles et créatives, les salles de sport, les crèches et la presse écrite, indique le ministre de la culture, de la jeunesse et des sports, Othmane El Ferdaous.
Les salariés de ces quatre secteurs déclarés à la CNSS en arrêt provisoire de travail bénéficieront d’une indemnité, de même que la trésorerie des entreprises sera soulagée par divers mécanismes d’exonération, de report de paiement, de prolongement de délais et de moratoire bancaire.
Il convient de préciser, note le ministre, qu’en ce qui concerne la presse écrite, ce contrat programme s’ajoute au dispositif de soutien à la presse qui succédera en 2021 à l’opération de soutien exceptionnel qui a mobilisé 235 MDH en 2020.
Pour les entreprises des industries culturelles et créatives, une cellule d’assistance au montage de dossiers pour participer au programme Intelaka sera mise en place, en plus d’un véhicule d’investissement pour accompagner certains projets.
Conformément aux recommandations des Assises en octobre 2019, le chantier de la mise à niveau statistique du secteur a été lancé. L’ouverture des plis sur l’appel d’offres de l’étude stratégique est prévue ce 18 février et le secteur privé contribuera aux travaux.
De même, une plateforme digitale pour le patrimoine immatériel, les spectacles vivants et les festivals sera créée. Il est aussi prévu un programme de subvention des prestations de distribution des albums musicaux auprès des agrégateurs de plateformes. Dans le domaine sportif, il sera créé notamment une plateforme électronique pour les fédérations et associations sportives. Le projet a été présélectionné pour un financement et un accompagnement par la GIZ. Au delà des mesures de soutien et de résilience instituées par les 4 contrats programmes, la transformation digitale constitue le fil rouge des projets de relance que le ministère a inscrit dans son plan d’action annuel.