Presse et médias : un plan de sauvetage de plus de 200 MDH

L’Etat prend en charge les salaires de trois mois des journalistes, les comptes fournisseurs des entreprises de presse et donne un coup de pouce aux imprimeries et aux distributeurs des journaux.

Le ministre de la culture, de la jeunesse et des sports, Othmane El Ferdaous, vient d’annoncer un plan de sauvetage pour la presse écrite et les autres médias pour une enveloppe globale de 205 millions de DH. L’objectif est d’aider la presse écrite, principalement, à faire face à une conjoncture très difficile, à cause notamment de la Covid-19. Concrètement, et après une réunion avec les professionnels du secteur, il a été décidé, avec la validation du ministère de l’économie et des finances, que l’Etat prenne en charge la masse salariale des entreprises de presse pendant les trois prochains mois. Dans ce sens, une enveloppe totale de 75 millions de DH va être débloquée. L’Eta prendra en charge également les comptes fournisseurs de ces entreprises pour une enveloppe similaire (75 MDH). De même, une enveloppe de 15 millions de DH est destinée aux imprimeries qui impriment plus de 500 000 exemplaires de journaux. Le plan de sauvetage du secteur comprend également une aide à la distribution de la presse. Cette aide est déclinée sous deux formes. Dans un premier plan un montant de 15 millions de DH sera accordé directement  au distributeur, Sapress en l’occurrence. Dans un deuxième temps, l’Etat procédera à la recapitalisation de cette entreprise à hauteur de 10 MDH. Ce plan de sauvetage comprend également un volet dédié aux radios privées, qui vont recevoir un aide de 15 millions de DH. Ceci pour le volet conjoncturel.

Sur le plan structurel, le ministère et les professionnels ont décidé de mettre en place une équipe conjointe pour plancher sur un contrat-porgramme  étalé sur une période allant de 4 à 5 années. Dans ce contrat, il sera question de moderniser le secteur, de s’occuper de la formation et aussi d’encourager l’investissement dans le domaine.