Pour une affaire de bitcoin, sept arrestations à Casablanca

Le Bureau national de lutte contre les crimes économiques et financiers a interpellé mardi sept individus, dont un agent de sécurité de la préfecture de police de Casablanca et une personne recherchée au niveau national, pour implication présumée dans un réseau criminel impliqué dans l’enlèvement, la séquestration et l’usurpation d’identité réglementée par la loi à des fins d’extorsion.

Selon un communiqué de la DGSN, cinq suspects avaient leurré la victime qui s’active dans le change illégal de devises, suite à la conclusion d’un accord fictif pour transférer des devises numériques « Bitcoin », avant de se faire passer pour des policiers et de l’interpeller dans la périphérie de Casablanca pour extorsion.

Les recherches et les interventions ont permis l’arrestation des mis en cause en flagrant délit alors qu’ils procédaient à une fausse perquisition du domicile de la victime dans le quartier « Dar Bouazza » dans les environs de Casablanca, dans le but de subtiliser des sommes d’argent obtenues de transferts présumés illégaux, souligne le communiqué.

Les inspections menées dans le cadre de cette affaire, notamment au domicile de la victime présumée, ont abouti à la saisie d’une importante somme d’argent, environ un milliard et 148 millions de centimes de la monnaie nationale, tandis que l’inspection des domiciles des prévenus a permis la saisie de téléphones portables, d’une moto et de quatre voitures, dont l’une contenait deux armes blanches et une boîte à gants soupçonnés d’être utilisés à des fins criminelles.

Les cinq mis en cause directement impliqués dans ces actes criminels, le frère du policier interpellé et sa fiancée, ainsi que la victime supposée de ces crimes, ont été placés en garde à vue.