Pour un chef de gouvernement qui ne soit pas SG de parti

Le PAM devrait bientôt déposer une proposition de loi qui arrange le PJD.

La solution de la problématique du troisième mandat, à la tête du parti, de Abdelilah Benkirane pourrait bien venir de son ennemi juré, le PAM. La nouvelle direction du parti planche en effet sur une proposition de loi que devrait déposer, dans les jours à venir, l’un de ses deux groupes parlementaires au Parlement. Cette proposition de loi vise à instaurer une incompatibilité entre le poste de chef de gouvernement et celui de secrétaire général d’un parti politique. Il s’agira certainement d’un amendement l’article 32 de la loi organique 65-13 relative à l’organisation et la conduite des travaux du gouvernement et aux statuts de ses membres. Selon le PAM, une fois amendé, ce texte devrait éviter qu’un chef de gouvernement puisse jouer sur les registres selon les intérêts de son parti comme l’actuel chef de l’Exécutif a bien su faire. C’est le cas notamment lors des dernières élections locales et régionales lorsque le chef du gouvernement n’a pas hésité à sillonner le pays pour mener la campagne électorale de son parti. En même temps, l’interdiction du cumul des deux postes pourrait bien soulager le PJD qui, s’il arrivait en tête des élections et que son secrétaire général Abdelilah Benkirane était désigné comme chef de gouvernement, ne sera plus obligé de chambouler ses statuts et enfreindre les règles de démocratie interne puisqu’il sera de toutes les manières obligé de choisir un autre secrétaire général.