Poids lourds : les opérateurs veulent un sursis jusqu’en 2020

Seuls trois d’entre eux respectent la nouvelle réglementation.

Le cafouillage sur le marché du poids lourd continue. Plus d’un an après l’entrée en vigueur des nouvelles normes techniques, seuls trois opérateurs sur la vingtaine que compte le marché s’y sont conformés. Ce n’est pas la première fois que le texte rencontre de la résistance. Prévue par la loi 52-05 portant code de la route, l’adoption du nouveau référentiel réglementaire qui contient 67 rapports de test en plus des normes antipollution Euro 4 a été déjà reportée en 2010 puis en 2013. Après d’innombrables tractations, il est entré en vigueur le 1er janvier 2015 avec un moratoire de six mois pour le traitement du stock et des commandes en cours. Aujourd’hui, le texte demeure inapplicable pour nombre d’opérateurs. C’est ce qui filtre de la dernière réunion des membres du Groupement professionnel du poids lourd et de la carrosserie (GPLC), tenue à la mi-avril, et qui a été consacrée au sujet. D’après des sources qui y ont pris part, ces concessionnaires demandent la suspension de l’application des nouvelles normes jusqu’en 2020. Ils justifient leur requête par le fait que les constructeurs ont besoin d’un temps suffisant pour préparer les séries de véhicules selon les normes du marché marocain.  Aussi, ils rappellent que plusieurs dispositions sont floues ou tout simplement inapplicables. Sont cités, entre autres, les équipements de sécurité, les twist-lock (dispositif pour fixer les conteneurs), les points d’ancrage Isofixe, les feux adaptatifs qui n’équipent aujourd’hui que les voitures de luxe, les retardateurs, l’ABS ou encore les options pour la prévention du choc latéral.