Plusieurs personnalités ont rendu hommage au grand dramaturge, feu Ahmed Tayeb El Laalej

Le défunt était l’un des fondateurs du théà¢tre marocain et un homme qui a beaucoup défendu les valeurs des Marocains en les incarnant dans des oeuvres artistiques de haute facture qui resteront gravées à  jamais dans la mémoire de tous les Marocains.

Plusieurs personnalités ont salué la mémoire du grand dramaturge et parolier Ahmed Tayeb El Laâlej, inhumé dimanche après-midi au cimetière Bab Ftouh à Fès, et rendu un hommage appuyé à sa contribution inestimable au théâtre et à la culture marocaine.

Dans une oraison funèbre, Mustapha Kabbaj, secrétaire général de la Fondation Ahmed Tayeb Laalej pour le théâtre, le zajal et les arts populaires, a indiqué que le défunt était l’un des fondateurs du théâtre marocain et un homme qui a beaucoup défendu les valeurs des Marocains en les incarnant dans des oeuvres artistiques de haute facture qui resteront gravées à jamais dans la mémoire de tous les Marocains.

Le défunt, a-t-il dit, était un grand patriote qui a subi les affres de l’emprisonnement et de la torture pour son combat contre le colonialisme, mettant l’accent sur l’importance accordée par ce grand artiste aux multiples talents à la parole et à au patrimoine oral et sa contribution à l’enrichissement de la chanson marocaine.

Il a ajouté que feu El Laâlej a contribué activement à l’ancrage des valeurs de société et à la sauvegarde du patrimoine authentique de son pays, passant en revue son apport au rayonnement culturel et civilisationnel du Maroc et ses actions pour faire connaitre son patrimoine artistique et créatif, notamment dans les domaine de la création théâtrale, du zajel et de l’étude des arts populaires.

M. Kabbaj a assuré que sa famille et ses proches vont oeuvrer pour préserver l’héritage artistique du défunt et le vulgariser auprès du public, invitant les chercheurs, les historiens et les artistes à contribuer à cet effort qui vise à immortaliser le nom de ce grand artiste qui a apporté une contribution inestimable à la culture et à l’identité marocaines.

De son côté, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi a indiqué qu’avec le décès de Ahmed Tayeb El Laâlej, le Maroc a perdu un monument de la culture qui a énormément contribué à la préservation de l’identité et la culture du Maroc, ses valeurs et son rayonnement.

Dans des déclarations à la presse, M. El Khalfi a ajouté que lé défunt a réussi, grâce à son combat aux côtés d’autres artistes et compagnons de la famille de l’art et de la littérature, à préserver l’identité culturelle du Maroc et à pérenniser les valeurs de patriotisme, d’amour, de fidélité et de sincérité.

Il a indiqué que feu El Laâlej était membre de la Commission consultative du Bureau marocain des droits d’auteur et a joué un rôle considérable dans la consolidation du rôle de cet organisme pour lui permettre de défendre les intérêts des créateurs marocains.

Le président du Syndicat marocain des métiers de la musique Ahmed Alaoui a indiqué, pour sa part, que le défunt était un grand parolier qui a réussi à traiter plusieurs thématiques sociales et humaines avec un langage marocain authentique, que ce soit à travers le zajal ou ses nombreuses oeuvres théâtrales qui ont enrichi le répertoire musical du Maroc.

Il a souligné que feu El Laâlej défendait avec ardeur le dialecte marocain auquel il a rendu ses lettres de noblesses, précisant qu’il a été un grand patriote, fier de son appartenance à sa patrie et à sa ville natale, Fès, où il a été inhumé conformément à son vœu.

L’homme de théâtre Abdelkrim Berrechid a salué la mémoire du défunt, précisant qu’il a été un grand défenseur du patrimoine marocain authentique d’où il a puisé plusieurs de ses oeuvres mémorables et son célèbre zajal.

SM le Roi Mohammed VI avait adressé un message de condoléances aux membres de la famille du défunt dans lequel le Souverain exprime Ses vives condoléances et Ses sincères marques de compassion, suite à cette grande perte, implorant le Tout-Puissant de leur accorder consolation, réconfort et patience.

Le Souverain a mis en relief les vertus et qualités du défunt, rappelant qu’il était un grand artiste aux multiples talents et un pionnier du théâtre marocain, dont les chefs d’oeuvre puisaient dans le patrimoine populaire marocain pour créer un théâtre authentique.

Les funérailles de cette figure emblématique du théâtre national et l’un des grands maîtres du Zajal au Maroc se sont déroulées dans un climat de piété et de recueillement, en présence d’une foule nombreuse d’artistes, d’amis, de proches et de simples citoyens.

Né à Fès en 1928, Ahmed Tayeb El Laâlej a su exploiter, avec génie, le patrimoine culturel marocain.

Auteur de plusieurs pièces, notamment « Hada », « Aitouna », « Nechba » et « Saad », Tayeb El Laâlej, qui a rejoint en 1986 les rangs de l’Union des écrivains du Maroc, avait reçu en 1973 le Prix du Maroc de littérature et, en 1975, la médaille du mérite intellectuel syrien.

Au cours de sa longue carrière artistique, cet artiste hors pair a fait l’objet de plusieurs hommages et plusieurs rencontres ont été organisées pour mettre en exergue son grand apport à la vie culturelle au Maroc.