Plus de camelote à  nos frontières !

La Douane plus sévère avec les produits cosmétiques importés.

Le lobbying des industriels de la chimie et parachimie au Maroc a fini par payer. Plus précisément ceux qui opèrent dans le secteur des produits cosmétiques et des produits d’hygiène corporelle. Ces opérateurs n’ont pas cessé depuis des années de tirer la sonnette d’alarme, à juste titre, quant à l’invasion du marché marocain par des produits cosmétiques bon marché et de mauvaise qualité.

L’Administration des douanes et impôts indirects a fini par les entendre. Ainsi, depuis le 1er janvier 2013, pour pouvoir passer leurs marchandises en douane, les importateurs de produits cosmétiques et d’hygiène corporelle sont obligés de présenter deux documents obligatoires. Le premier consiste en un certificat d’enregistrement que ces importateurs doivent obtenir auprès de la direction du médicament et de la pharmacie (DMP) relevant du ministère de la santé. Le deuxième document, lui, est une autorisation qui est délivrée par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) relevant du ministère de l’agriculture. Une circulaire de la Douane a été diffusée dans ce sens. Certes, il y est expliqué que ces mesures sont à caractère provisoire puisque applicables uniquement jusqu’à la fin du mois de mars. Mais selon des sources bien informées, il est fort probable qu’elles soient reconduites pour une plus longue durée.

Il faut dire que parmi les entreprises les plus touchées par cette invasion, on trouve également de grandes multinationales comme Procter & Gamble et Unilever. Dans l’industrie des cosmétiques, on citera aussi le cas de la marque marocaine Azbane qui souffre depuis des années des importations sous-facturées, sans parler de la contrebande.