Plus de 70 pays ont demandé des données à  Facebook

Plus de 70 Etats ont demandé des données à  Facebook concernant ses utilisateurs au premier semestre 2013, a rapporté mardi le réseau social.

Près de la moitié de ces demandes de données provenaient des Etats-Unis, a précisé la société californienne.

Facebook a reçu au total plus de 25.000 demandes de données au cours des six premiers mois de cette année, dont 11.000 à 12.000 étaient formulées par le gouvernement américain et concernaient entre 20.000 et 21.000 utilisateurs, selon un rapport dit de « transparence » publié mardi par le réseau social.

Celui-ci a répondu et fourni des données pour 79% des demandes des Etats-Unis.

L’Inde vient en deuxième position avec 3.245 demandes, qui concernaient 4.144 utilisateurs. Facebook a répondu à 50% de ces demandes.

Certaines de ces demandes étaient de nature « criminelle ou relevant de la sécurité nationale », a indiqué Facebook, sans donner plus de précisions.

« Nous continuons à faire pression sur le gouvernement des Etats-Unis pour qu’il autorise davantage de transparence sur ces demandes, y compris sur des chiffres spécifiques et la nature des requêtes en sécurité nationale », a assuré le réseau.

Facebook promet qu’il publiera « de nouvelles informations concernant les Etats-Unis dès (qu’il en aura) l’autorisation légale ».

Les groupes technologiques américains sont sous pression après des révélations sur le programme américain de surveillance Prism, par lequel l’agence de sécurité américaine NSA (National Security Agency) a obtenu auprès d’eux des milliers de données numériques concernant des utilisateurs d’internet.

Ces groupes, comme Facebook, se sont efforcés de publier des détails sur ces demandes du gouvernement américain, dans le but de rassurer leurs utilisateurs et clients.

Des groupes comme Google et Microsoft ont publié des informations similaires.

« La transparence et la confiance sont des valeurs fondamentales chez Facebook », a affirmé l’avocat général du groupe, Colin Stretch.

« Nous nous efforçons de les mettre en pratique dans tous les aspects de nos services, y compris la manière dont nous répondons aux demandes de données des gouvernements. Nous voulons nous assurer que les gens qui utilisent nos services comprennent la nature et l’étendue des demandes que nous recevons, ainsi que les stricts processus et politiques que nous avons mis en place pour les traiter », a-t-il précisé.

Aux Etats-Unis, ces demandes de données doivent être accompagnées par un mandat de perquisition, une « assignation valide » ou une décision de justice.