Plus de 3100 établissements d’enseignement privé en 2010-2011

Le nombre d’établissements de l’enseignement privé a atteint 3168 structures au titre de l’année scolaire 2010-2011.

Le nombre d’établissements de l’enseignement privé a atteint 3168 structures au titre de l’année scolaire 2010-2011, contre 2956 une année auparavant, soit une hausse de 7,17 pc, a indiqué, mardi, le ministre de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa.

En réponse à une question orale à la chambre des conseillers posée par le groupe socialiste, le ministre de l’éducation nationale a fait savoir que le nombre d’étudiants de l’enseignement privé a connu une hausse annuelle de 11,2 pc ces dernières années, passant de 576.700 élèves en 2009-2010 à 641.344 élèves en 2010-2011.

Ainsi, le nombre total des élèves inscrits dans le privé représente 1,1 pc au titre de l’année 2010-2011 de l’ensemble des élèves au Maroc, dans la perspective d’atteindre 20 pc au terme en 2015.

Par ailleurs, M. El Ouafa a souligné l’importance qu’accorde son département à l’encadrement et à la supervision pédagogique et administrative du secteur privé, en vue de promouvoir la qualité de cet enseignement et de s’assurer de la conformité de ses établissements aux programmes et à l’utilisation des moyens pédagogiques.

Pour ce faire, a-t-il dit, les académies et les délégations du ministère tiennent à inclure les établissements d’enseignement privé dans les programmes annuels de supervision, d’inspection et d’encadrement pédagogique.

Au sujet des frais de scolarité, le ministre a indiqué que la loi 06/00 régissant l’enseignement scolaire privé et les textes de son application ne prévoient pas la régulation et le contrô le des prix de la scolarité par le ministère, puisque les tarifs obéissent à la logique de l’offre, de la demande et de la qualité des services exigés par les parents des élèves.

Le ministre a rappelé, dans ce sens, la note publiée le septembre 2011 mettant l’accent sur la nécessité de déclarer les frais d’inscription par les établissements d’enseignement privé et appelant les académies et délégations à tenir des réunions avec les associations représentant le secteur afin de les sensibiliser quant à la nécessité d’afficher les tarifs.