Pas de contrat programme pour l’agroalimentaire avant l’été 2015

La tutelle vient de lancer un appel d’offres pour l’élaboration d’une étude sur la filière.

Les opérateurs du secteur agroalimentaire ne sont pas encore au bout de leurs peines. Alors qu’ils espéraient un contrat programme pour leur filière en 2013 déjà, puis en début 2014, ils ne devraient finalement voir ce chantier aboutir que vers l’été 2015. Et pour cause, le ministère de tutelle vient à peine de lancer l’appel d’offres relatif à l’étude sur la base de laquelle un projet de contrat programme sera proposé aux opérateurs. Cette étude ne devrait être livrée qu’en mars prochain, vu que l’appel d’offres prévoit un délai d’exécution de 7 mois, sachant que l’ouverture des plis ne se fera que fin juillet prochain. C’est dire que l’industrie agroalimentaire devra encore tenir son mal en patience.

La Fédération nationale des industries agroalimentaires (Fénagri) n’a de cesse, depuis des années, de pointer du doigt deux problèmes majeurs qui doivent être réglés en urgence, notamment l’irrégularité de l’approvisionnement des unités industrielles et une fiscalité inadaptée. Les industriels invoquent ces deux entraves pour justifier la faiblesse de la valeur ajoutée de la filière.

Ils proposent dans le cadre du futur contrat programme l’adoption d’un dispositif fiscal incitatif car les taux de droit commun renchérissent significativement les coûts des produits transformés. Aussi, s’attendent-ils à ce que le contrat programme règle la problématique de l’approvisionnement.

La production agricole n’étant pas conforme aux normes exigées par l’industrie, celle-ci est contrainte de s’approvisionner sur les marchés étrangers, ce qui, par conséquent, réduit la compétitivité de l’offre marocaine sur les marchés d’exportation.