Partis politiques : les néodémocrates arrivent…

Le nouveau parti n’est pas là  pour combattre les islamistes.

Mohamed Darif (photo), professeur de sciences politiques, qui décortique la scène politique nationale depuis plusieurs années, passe de l’observation à l’action. Il est en train de finaliser avec quelques centaines de membres fondateurs, un peu plus de 600 personnes, les dernières formalités pour lancer son propre parti politique. Le «Parti des Néodémocrates» devrait ainsi voir le jour officiellement en septembre prochain, date prévue pour la tenue de son congrès constitutif. Pour le moment, le politologue, auteur de plusieurs ouvrages sur l’évolution de l’action partisane au Maroc et fin connaisseur de la mouvance islamiste, a pu fédérer autour de son idée une pléiade de cadres, des professeurs universitaires, des médecins, des ingénieurs, des avocats et autres intellectuels, en plus d’un grand nombre d’étudiants. Selon l’initiateur du projet, dont les prémices remontent au début des années 2000, les membres fondateurs sont répartis en trois catégories : des cadres, intellectuels et acteurs associatifs, des personnes n’ayant jamais fait de politique et qui se sont enfin décidés à se jeter à l’eau et certains cadres des partis déjà existants qui ne se retrouvent plus ou pas dans l’organisation, le fonctionnement et le projet politique de leurs propres formations. Ce qui les a incités à passer à l’acte, c’est surtout l’accélération des réformes politiques de ces dernières années, principalement le discours du 9 mars 2011, la nouvelle Constitution et l’adoption d’une nouvelle loi sur les partis politiques. Le parti qui se veut «sérieux», entend rompre avec la tendance actuelle qui ne fait que discréditer l’action partisane. Il se dit «porteur d’une vision nouvelle et des valeurs de la citoyenneté» et espère capitaliser sur une riche expérience sur le terrain de son fondateur.