Parlement, le «tout-numérique» porte ses fruits

Une soixantaine de textes de loi ont été adoptés.

Après une année au perchoir, Rachid Talbi Alami s’est déjà essayé au délicat exercice de dresser un bilan d’étape. Et ce n’est pas sur le plan législatif que le président de la première Chambre tient à focaliser l’attention. C’est sur ces «mesurettes» qui, au final, donnent un résultat appréciable qu’il attire l’attention. Ainsi, la «numérisation» du travail du Parlement, encore à ses débuts, s’est déjà soldée par une économie des deux tiers du papier utilisé (qui absorbe un budget annuel de près de 5 millions de DH). Et ce n’est qu’un début. C’est que le «Parlement électronique» qui est un projet global, est en soi un chantier, avec tout ce qui s’y rattache en termes d’utilisation des différents outils modernes des technologies de l’information et de la communication. Et la Chambre des représentants s’est engagée sérieusement dans un processus de modernisation de ses structures informatiques, notamment avec la création d’un centre de données réservé à l’institution.

Les efforts pour lutter contre l’absentéisme sont également probants. Pour le reste, une session d’activité, c’est aussi 61 textes de loi qui ont été présentés pour adoption en séance plénière dont 56 validés, trois textes (des propositions de loi) retournés aux commissions pour un examen approfondi (art.144 du règlement intérieur) et deux autres propositions pour lesquelles doit trancher le Conseil constitutionnel (art.79 de la Constitution). Naturellement, une bonne partie de la session d’automne clôturée le 10 février a été consacrée au débat du projet de Loi de finances de 2015. Texte qui s’est vu opposer quelque 205 amendements de l’opposition et de la majorité. Deux lois organiques ont été adoptées en deuxième lecture au cours de cette session d’automne, ce qui porte le nombre total à dix lois organiques adoptées depuis novembre 2011. Côté contrôle du gouvernement, sur les 329 questions orales adressées à l’Exécutif, 286 sont restées sans réponse.