Parc industriel Ain Cheggag : 77 opérateurs ont manifesté leur intérêt pour le projet

Un total de 77 opérateurs économiques ont manifesté, à ce jour, leur intérêt pour le projet du parc industriel Ain Cheggag (PIAC), dont les travaux de réalisation ont été lancés, mercredi dans la province de Sefrou. 

Selon des chiffres rendu publics lors de la cérémonie de lancement, ces opérateurs encouragés par le cadre incitatif mis en place dans les écosystèmes industriels du cuir, entre autres, ont demandé une superficie de 17 Ha nets avec des prévisions d’investissement de 124 millions de DH, devant générer 1.626 postes d’emploi.

Ce projet, qui sera réalisé sur une superficie de 81ha, dont 50 ha dédiés aux activités du cuir (tannerie, chaussures, maroquinerie) et 31 ha aux activités généralistes, devrait contribuer à la création d’un pôle industriel régional et constituer un noyau d’activités dans cette commune. Le projet permettra la création de 7.600 emplois directs.

Sur les 81 ha mobilisés dans le cadre de ce projet, pas moins de 239 lots seront créés dont 154 lots dédiés à l’industrie de cuir (tannerie, chaussures, maroquinerie). Les 62 lots restants reviendront aux activités généralistes, précise-t-on.

Selon le ministère de l’industrie, le PIAC boostera la compétitivité des différents maillons de la chaîne de valeur de la région Fès-Meknès en redynamisant le tissu industriel régional, en particulier l’industrie du cuir et en assurant sa conformité aux normes internationales.

Le PIAC veut répondre aux attentes des investisseurs et des opérateurs économiques locaux en mettant à leur disposition des plateformes d’accueil pour leurs projets aux standards internationaux, intégrant des services à forte valeur ajoutée (formation, logistique, station d’épuration dédiée au traitement des effluents et des nuisances écologiques).

La gestion du parc sera assurée par la CCIS de Fès-Meknès, tandis que sa gouvernance sera confiée à un comité central présidé par le ministère de l’Industrie, un comité régional présidé par la wilaya de Fès-Meknès, ainsi qu’à une commission d’attribution et de suivi de la valorisation du projet.

(Avec MAP)