PAM-USFP, une alliance programmée

Ahmed Zaidi risque de perdre son poste de chef de groupe parlementaire.

Le PAM est un allié potentiel de l’USFP. Selon Driss Lachgar, il fait partie du troisième cercle des alliances du parti de la rose. Rien n’empêche donc le PAM, qualifié par le chef de file des socialistes de parti «démocratique dont la démarche n’obéit pas à des considérations idéologiques», de devenir son allié. Le premier cercle des alliances de l’USFP étant la famille ittihadie qui regroupe en plus du Parti travailliste et du Parti socialiste, le CNI, le PADS et le PSU. Le deuxième cercle est formé des partis socialistes, le PPS, le FFD et…Annahj, «malgré ses positions radicales». Le PAM fait donc partie du troisième cercle avec l’Istiqlal. Ce qui n’est pas pour plaire aux détracteurs du premier secrétaire, les membres du courant «Ouverture et démocratie», menés par Ahmed Zaidi, qui excluent catégoriquement le PAM des éventuelles alliances de l’USFP. Autre signe que ces deux courants s’acheminent vers un point de non-retour : une motion que la commission de l’organisation et de la gouvernance du parti vient de soumettre au bureau politique l’appelant à décharger M. Zaidi de sa fonction de chef de groupe parlementaire. Selon une source ittihadie, la commission accuse, entre autres, les amis de M. Zaidi de «menacer l’unité du parti» par leurs multiples déclarations et leur tentative de créer des antennes parallèles dans différentes régions. Selon les statuts de l’USFP, le bureau politique et le premier secrétaire peuvent changer le chef de groupe parlementaire si tel est l’intérêt du parti. Les députés qui s’y seront opposés risquent, à l’extrême, de se faire retirer la couverture du parti. Ce qui aura pour conséquence de mettre fin à leur mandat.