Opération de rachat d’actions : Stokvis et Salafin régularisent le marché boursier

Le marché des actifs bouge. Plusieurs sociétés cotées se penchent sur la régularisation de leur positionnement sur la place financière. Un recours qui se fait dans une conjoncture cruciale où les indices boursiers frôlent une chute à  deux chiffres.

Consciente de l’enjeu, Stokvis Nord Afrique se lance dans une opération de rachat d’actions. Une décision qui a été visée par le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) et dont le programme sera proposé à l’ensemble des actionnaires lors de l’assemblée ordinaire de Stokvis prévue le 9 septembre prochain. La finalité étant de construire un stock d’actions pour de procéder à une opération financière ou à une allocation aux salariés, relève-t-on de la note d’information diffusée dans ce sens par le CDVM. Cette opération, dont la maturité serait de 18 mois ( du 17 septembre au 17 mars 2015) , a également pour objectif d’annuler les actions rachetées, la recherche d’un résultat financier et le soutien du cours en s’opposant à une tendance forte du marché. L’opération tournera autour de 459.758 actions, comme quota maximum, soit une part de 5 % du capital.

 

Le montant maximal à engager par la société serait de l’ordre de 22.987.900 dirhams avec des fourchettes d’intervention oscillant de 30 à 50 dirhams l’action.
Le CDVM a, par ailleurs, visé le programme de rachat d’actions de Salafin, filiale de la BMCE Bank, spécialisée en prêt et crédit à la consommation au Maroc. Pour la même maturité que le programme de Stokvis, l’opération qui sera lancée par Salafin à partir du 20 septembre, porte sur un rachat de 119.724 actions, soit 5% du capital. «Un contrat de liquidité est adossé au programme de rachat dans la limite de 23.944 actions, soit 20 % du programme de rachat et 1% du capital de la société», relève-t-on du CDVM.

La somme maximale engagée serait de l’ordre de 89.793.000 dirhams pour des prix d’achat de 450 à 750 dirhams l’action.