ONEE-distributeurs: vers des relations normalisées

Il y a quelques années, un responsable à  l’ONEE (ONE à  l’époque) se plaignait de ce que les relations entre l’office et les distributeurs n’étaient pas clarifiées, normalisées.

Il y a quelques années, un responsable à l’ONEE (ONE à l’époque) se plaignait de ce que les relations entre l’office et les distributeurs n’étaient pas clarifiées, normalisées. Désormais elles le seront, selon les termes de l’engagement de l’Etat dans le contrat programme qu’il a signé avec l’ONEE le 26 avril dernier.

Il y est en effet indiqué que des démarches seront entreprises pour à la fois clarifier et faire respecter les périmètres d’intervention de chaque opérateur, et instaurer un cadre contractuel équilibré entre l’ONEE et les distributeurs.

Cette clarification devrait permettre, entre autres, de mettre en place un mécanisme d’apurement des créances et des dettes respectives, d’assurer un échange continu d’informations entre les opérateurs (statistiques détaillées sur les ventes, par exemple) et de fournir une visibilité suffisante à l’ONEE pour le dimensionnement des nouvelles capacités et ainsi optimiser les investissements à réaliser.

La situation telle qu’elle peut être observée aujourd’hui est que dans un même périmètre coexistent deux distributeurs, ce qui pour le moins n’arrange pas les clients. On peut citer le cas d’Agadir où l’eau est distribuée par RAMSA (Régie autonome multiservice d’Agadir) et l’électricité par l’ONEE. A Bernoussi, Casablanca, l’eau est revenue à Lydec et l’électricité…est restée à l’ONEE.